Monfils s'offre une finale

  • A
  • A
Monfils s'offre une finale
@ Reuters
Partagez sur :

TENNIS - Le Français va disputer dimanche la finale du tournoi de Stuttgart face à Montanes.

TENNIS - Le Français va disputer dimanche la finale du tournoi de Stuttgart face à Montanes. Rien ne dit que le trois est le chiffre porte-bonheur de Gaël Monfils. Mais à Stuttgart, il pourrait bien lui sourire. Tête de série n°3 sur la terre battue allemande, le Français a remporté ce samedi son troisième match de la semaine en trois sets, en demi-finale du tournoi. Après Pablo Andujar (6-4, 5-7, 6-4) et Florian Mayer (5-7, 6-3, 6-4), c'est contre le méconnu Daniel Gimeno-Traver que le Français a livré une intense bataille, pour finalement s'imposer tranquillement dans le dernier set (6-4, 4-6, 6-0). Le plus étonnant, c'est qu'il tentera de décrocher le troisième titre de sa carrière, dimanche en finale, après ceux de Metz (2009) et Sopot (2005). Il lui faudra pour cela disposer d'Albert Montanes, expert sur la surface ocre et tombeur de Juan Carlos Ferrero en deux manches (6-3, 7-6). Pas simple, donc, pour le Parisien, qui retrouvera un adversaire contre lequel il s'était incliné à Bucarest en 2005 (3-6, 6-1, 6-4). Mais depuis, "la Monf" a bien grandi. De quoi espérer enrichir son palmarès. Du moins s'il se montre plus régulier que lors de cette demi-finale durant laquelle, encore une fois, il a joué à se faire peur. Qui plus est contre un Espagnol bien loin des sommets du classement ATP. Après avoir sauvé deux balles de break dans le premier set, Gaël Monfils n'est parvenu à faire la différence que dans le dixième jeu (6-4). Sa difficulté à faire douter Daniel Gimeno-Traver s'est confirmée puisque le 88e joueur mondial lui a pris son service à trois jeux partout (4-3) pour ensuite empocher la deuxième manche. Bizarrement le début de la fin pour lui. Car le Parisien ne lui a ensuite laissé aucune chance dans le dernier acte (6-0). Un succès au courage. Mais après sa victoire en Coupe Davis contre David Ferrer, il y a une semaine, plus aucun effort ne l'effraie.