Monfils s'est fait très peur

  • A
  • A
Monfils s'est fait très peur
Partagez sur :

Entrée en matière particulièrement difficile pour Gaël Monfils. La tête de série numéro 12 s'est en effet fait une frayeur majuscule pour ses débuts à l'Open d'Australie, menée deux sets à rien et breakée par le Néerlandais Thiemo De Bakker dans le 3e set avant de l'emporter 6-7, 2-6, 7-5, 6-2, 6-1. Ça passe en revanche en douceur pour Adrian Mannarino, Marion Bartoli et Roger Federer.

Entrée en matière particulièrement difficile pour Gaël Monfils. La tête de série numéro 12 s'est en effet fait une frayeur majuscule pour ses débuts à l'Open d'Australie, menée deux sets à rien et breakée par le Néerlandais Thiemo De Bakker dans le 3e set avant de l'emporter 6-7, 2-6, 7-5, 6-2, 6-1. Ça passe en revanche en douceur pour Adrian Mannarino, Marion Bartoli et Roger Federer. Gaël Monfils s'est évité un mauvais remake. Opposé, au premier tour de l'Open d'Australie, à Thiemo De Bakker, son premier bourreau en Coupe Davis, le Parisien a bien failli en être quitte pour une nouvelle désillusion face à celui qui est devenu un bon ami du Français sur le circuit. Si, depuis ce match de barrage face aux Pays-Bas,en septembre 2009, le Français avait su prendre sa revanche à deux reprises, à Toronto et Rotterdam la saison passée, ce nouveau succès aura forcément une saveur particulière. Et bien plus pour le scénario de la rencontre que pour le niveau de jeu atteint. Confirmant les belles dispositions affichées, la semaine dernière lors de l'exhibition de Koyoong, Gaël Monfils avait pourtant parfaitement entamé la rencontre, faisant le premier break de la rencontre à 2-1, et obtenant même dans la foulée trois balles de double-break avant de servir à 5-3 pour le gain de la première manche. Le numéro un français déroulait. Mais c'était sans compter sur une panne de courant du Tricolore au moment de conclure le set. Quatre fautes directes plus loin et le Parisien laissait passer sa chance. Thiemo De Bakker n'en demandait pas tant et le Néerlandais en profitait pour finalement enlever le premier set au tie-break sur un nouvelle faute directe du Tricolore. Il n'y avait dès lors plus qu'un seul homme sur le terrain et le Batave s'envolait, remportant la deuxième manche sans résistance 6-2, puis breakant rapidement dans le troisième set. A 4-2, De Bakker connaissait certes une sérieuse alerte avec cinq balles de debreak à sauver, mais le Néerlandais parvenait à maîtriser ses nerfs pour mener 5-3, service à suivre. "Je savais qu'il pouvait très bien jouer mais je ne l'avais jamais vu tenir pendant deux heures et demie, confiera à l'issue du match Gaël Monfils. Je me suis rappelé les propos de mon coach Roger Rasheed qui m'avait rappelé que Thiemo ne croyait pas toujours en lui. Je me doutais qu'il aurait du mal à conclure et c'est ce qui s'est passé." Une grande première pour Monfils Effectivement, son adversaire finissait par lâcher mentalement, avec une volée de revers mal maîtrisée, un coup droit sorti et enfin une double-faute synonyme de debreak et d'espoir pour Gaël Monfils. Et Thiemo De Bakker ne s'en remettait pas, Monfils alignant notamment quatre jeux à la suite pour remporter le 3e set 7-5. Tandis que le Français appelait le kiné pour bander un poignet droit douloureux, le Néerlandais se plaignait lui de cuisses lourdes et, l'esprit encore à cette occasion en or manquée, laissait son adversaire revenir aisément à deux manches partout (6-2). Malgré un début de crampes, il y eut bien un dernier sursaut du Hollandais à l'entame du set décisif, sous forme de trois balles de break à sauver pour le Parisien à 0-1, mais De Bakker ne pouvait déjà plus opposer la moindre résistance, Monfils enchaînant alors les six derniers jeux pour s'éviter une déconvenue majuscule. Malgré cette défaillance inquiétante, l'essentiel est sauf pour le Français. "On peut dire que c'est la chance, de la réussite ou un miracle, oui", réagissait-il à sa sortie du court. Et la tête de série numéro 12 de ce premier Grand Chelem de la saison de souffler: "J'espère que cela ne m'arrivera plus", avant de se tourner vers son prochain rendez-vous face au Portugais Frederico Gil, lui aussi vainqueur en cinq sets lors de ce premier tour. Reste une leçon importante à tirer de cette difficile entrée en matière. Jamais auparavant Gaël Monfils n'était sorti victorieux d'un match après avoir été mené deux sets à zéro...