Monfils, rentrée victorieuse

  • A
  • A
Monfils, rentrée victorieuse
Partagez sur :

Pour son retour à la compétition après une blessure au poignet, Gaël Monfils, en s'imposant face à l'Espagnol Daniel Gimeno-Traver (7-5, 6-2) mercredi, a non seulement remporté son premier match sur terre battue de l'année, mais également décroché son premier succès sur le Court Central de Monte-Carlo. Le Français est en huitièmes de finale, tout comme Richard Gasquet et Gilles Simon.

Pour son retour à la compétition après une blessure au poignet, Gaël Monfils, en s'imposant face à l'Espagnol Daniel Gimeno-Traver (7-5, 6-2) mercredi, a non seulement remporté son premier match sur terre battue de l'année, mais également décroché son premier succès sur le Court Central de Monte-Carlo. Le Français est en huitièmes de finale, tout comme Richard Gasquet et Gilles Simon. "J'espère que ça va revenir vite. J'adore jouer sur terre, mais j'arrive avec peu de préparation, donc ce n'est pas forcément idéal." Si sa production n'a pas été parfaite, loin de là, Gaël Monfils peut au moins se satisfaire d'avoir réussi son retour à la compétition, près de deux mois après sa dernière apparition à San José. Face à Daniel Gimeno-Traver, un adversaire il faut bien l'avouer plutôt faible (aucune victoire en neuf tournois cette année avant de battre Giraldo au 1er tour ici-même), le n°1 Français a fait preuve de sérieux, pour s'imposer en 1h33' (7-5, 6-2), au terme d'une rencontre émaillée de 21 balles de break. Car dans le jeu, il l'avouera lui-même à la sortie du court sur Canal Plus Sport, Monfils n'a pas été "brillant-brillant". "Je n'ai pas pratiqué un bon tennis, explique-t-il, ce n'était vraiment pas facile. J'ai débuté timidement. Il a un jeu qui m'a aidé à m'installer dans cette routine. Je n'ai pas été très offensif." Après deux mois sans jouer, et quelques jours sans raquette pour reposer son poignet meurtri, le Parisien n'a pas forcé pour son retour, et surtout pas en revers. Il s'est même montré très attentiste, tentant essentiellement pousser Gimeno-Traver à la faute. Auteur de 33 fautes directes (contre 18 pour Monfils), le 61e joueur mondial a grandement facilité la tâche du Français, qui a souvent manqué d'agressivité pour conclure plus rapidement les points, notamment sur ses mises en jeux. "J'ai essayé de me faire violence", assure Monfils, qui a concédé 7 balles de break malgré une première balle de service au rendez-vous (71%). Le Tricolore, qui dit avoir terminé la rencontre "assez fatigué"», après avoir joué à "100% de ses possibilités", a mieux négocié la seconde manche (6-2 sans jamais être en danger), pour remporter, enfin, le premier match de sa carrière sur le Central de Monte-Carlo. En se qualifiant pour les huitièmes de finale, il égale par ailleurs sa meilleure performance en Principauté. En 2008, il s'était incliné à ce stade contre Roger Federer. Cette année, il devrait avoir la tâche plus facile contre Frederico Gil, un joueur que Gilles Simon a dominé la semaine passée à Casablanca. L'occasion pour Monfils de monter en puissance "progressivement ", comme il le promet.