Monfils n'a pas fini

  • A
  • A
Monfils n'a pas fini
Partagez sur :

Interrompu dimanche à cause de la nuit, le huitième de finale entre Gaël Monfils et David Ferrer promet encore du spectacle ce lundi. Le Français menait deux sets à un mais venait de se faire breaker dans la quatrième manche quand l'arbitre mit fin aux débats (6-4, 2-6, 7-5, 0-2). La tête de série numéro 9 est sortie du court en grimaçant, contrariée par sa cheville gauche.

Interrompu dimanche à cause de la nuit, le huitième de finale entre Gaël Monfils et David Ferrer promet encore du spectacle ce lundi. Le Français menait deux sets à un mais venait de se faire breaker dans la quatrième manche quand l'arbitre mit fin aux débats (6-4, 2-6, 7-5, 0-2). La tête de série numéro 9 est sortie du court en grimaçant, contrariée par sa cheville gauche. Il devra encore cravacher. Gaël Monfils savait que ce duel face à David Ferrer serait loin d'être simple, il n'avait pas forcément anticipé sur une interruption à cause de la nuit alors que ce huitième de finale était programmé en match numéro 3 derrière Fognini-Montanes et Jankovic-Schiavone. Mais voilà, le premier a duré 4h22 et la tenante du titre a bataillé trois sets pour écarter la Serbe. Le Français et l'Espagnol, eux, s'étaient envoyé du lourd durant 2h40 avant que l'arbitre ne cesse le combat. Une véritable empoignade comme on pouvait le penser, avec un léger avantage à Monfils après le break. L'élève de Roger Rasheed menait deux sets à un (6-4, 2-6, 7-5) dans une ambiance limite survoltée sur le Suzanne-Lenglen avant que David Ferrer ne vienne un peu contrarier l'enthousiasme. Après avoir écarté trois balles de break au début du quatrième set, en prenant tous les risques, le 7e joueur mondial s'emparait du service de "La Monf'" (2-0), suite à une accélération qui causait toutefois un autre dégât, on l'espère bénin pour Monfils. Le Français chutait sur l'ocre non sans tordre légèrement sa cheville gauche. S'il grimaçait en quittant le court, on ne pouvait dimanche soir présumer de la gravité du mal. Mais pas de quoi envisager le forfait, au vu des ralentis. Une situation qui arrangera peut-être les affaires de Roger Federer, prochain adversaire du vainqueur de ce Monfils-Ferrer. La suite promet en tout cas encore beaucoup d'émotions. A suivre lundi la fin d'un autre huitième, l'improbable Chela-Falla.