Monfils, le petit dernier

  • A
  • A
Monfils, le petit dernier
@ Reuters
Partagez sur :

US OPEN - Brillant vainqueur de Gasquet en huitièmes, Monfils est l'ultime chance française.

US OPEN - Brillant vainqueur de Gasquet en huitièmes, Monfils est l'ultime chance française. Les duels franco-français, entre deux joueurs qui se connaissent bien, donnent souvent lieu à des rencontres décevantes, plombées par la tension et bridées par la tactique. Ce ne fut pas le cas du huitième de finale de l'US Open qui a opposé lundi Richard Gasquet à Gaël Monfils, les deux prodiges tricolores de la génération 1986. Le mieux classé des deux, Monfils (19e contre 38e), a pris le dessus sur son rival en trois manches (6-4, 7-5, 7-5) après 2h35' d'un duel intense. Monfils, qui est le premier Français à atteindre les quarts de finale de l'US Open depuis Arnaud Clément en 2000, affrontera au prochain tour le Serbe Novak Djokovic, tombeur de Mardy Fish (6-3, 6-4, 6-1). Un Monfils puissant et précis Avant ce cinquième duel entre les deux joueurs - ils en étaient à 2-2 dans leurs confrontations -, on connaissait les forces de chacun. Pour résumer : le physique pour Monfils, le toucher pour Gasquet. Les tous premiers échanges sont venus confirmer la donne, Gasquet se montrant très agressif, notamment au filet, pour enlever le premier jeu. Mais pour dominer un Monfils en pleine possession de ses moyens, il faut en faire toujours un peu plus. Gasquet s'en rendit compte très vite... Après avoir perdu son service dès le troisième jeu, le Biterrois n'est jamais parvenu à refaire son retard et Monfils conclut cette première manche rondement menée après 33 minutes de jeu. Limité au filet par la puissance de son adversaire, Gasquet fut rapidement distancé dans la deuxième manche. Mais il connut alors un quart d'heure d'état de grâce où tout ce qu'il tenta fut couronné de succès, comme cette volée amortie de coup droit qui lui offrit son premier break sur sa première opportunité (à 2-3). Menant 5-4, Gasquet eut même une balle d'un set partout sur le service de Monfils, qui sut s'arracher pour revenir à hauteur. Plusieurs balles de set sauvées Fidèle à son tempérament de guerrier, Monfils sortit alors un coup venu d'ailleurs, un passing de coup droit en bout de course, pour s'offrir une balle pour mener 6-5. Malgré un taux d'échec très élevé dans l'exercice - 5 balles de break converties sur 17 -, Monfils finit par prendre un avantage décisif. Mené deux manches à zéro face à un athlète tel que Monfils, Gasquet n'avait plus qu'une chance infime de l'emporter. Mais il la disputa jusqu'au bout, envoyant même Monfils à terre à 3-2. Un changement de chaussures plus tard, le Parisien était de retour dans une bataille que Gasquet dominait désormais du haut de son revers (5-2). Toujours à la limite de la glissade comme il le ferait sur terre battue, Monfils renversa la situation en écartant deux nouveaux balles de set pour Gasquet (à 5-4). Trop généreux en fautes directes (41 contre 28), Gasquet finit par "offrir" le break décisif à Monfils sur une double faute. Le Parisien ne se fit pas prier pour conclure l'affaire dans la foulée sur un ace. Tout en puissance et en précision.