Monfils, le gladiateur

  • A
  • A
Monfils, le gladiateur
Partagez sur :

Au courage, après 2h45 de combat, et après avoir sauvé deux balles de matches à 4-5 dans le 3e set, Gaël Monfils est finalement venu à bout de Fernando Verdasco (7-6, 6-7, 7-5), en huitièmes de finale du Masters 1000 de Paris-Bercy. Monfils défiera Andy Murray en quarts.

Au courage, après 2h45 de combat, et après avoir sauvé deux balles de matches à 4-5 dans le 3e set, Gaël Monfils est finalement venu à bout de Fernando Verdasco (7-6, 6-7, 7-5), en huitièmes de finale du Masters 1000 de Paris-Bercy. Monfils défiera Andy Murray en quarts. Il n'a rien lâché Gaël Monfils. Pendant plus de 2h45, le n°2 Français, qui se disait déjà fatigué avant la rencontre, s'est accroché sur chaque point face à Fernando Verdasco, pour finir par faire craquer le n°7 mondial, en trois manches (7-6, 6-7, 7-5), en huitièmes de finale du Masters 1000 de Paris-Bercy. Une victoire au courage, donc, mais aussi avec un peu de réussite, comme sur ce deuxième service qui va accrocher la ligne par miracle, sur l'une des deux balles de match que s'est procuré l'Espagnol, à 5-4 dans le troisième set. Le tournant du match, assurément. "Ce n'était pas facile, a reconnu Monfils à la sortie du court, au micro de Canal +. J'ai été très défensif, j'ai beaucoup couru malgré la fatigue. Je n'ai pas très bien joué, le seul point positif, c'est que je me suis accroché dans la tête, je m'en sors vraiment ric-rac. A un moment, je n'en pouvais plus, je n'avais plus de jus, mais le public a poussé, ça m'a donné un second souffle, c'est fabuleux." Le Parisien, finaliste l'an passé, reste toujours en lice même s'il aura fort à faire vendredi en quarts de finale, contre Andy Murray ou Marin Cilic. "J'espère que demain, je serai un peu plus agressif car sinon, ça ne passera pas", a-t-il assuré.