Monfils: "Je suis motivé"

  • A
  • A
Monfils: "Je suis motivé"
Partagez sur :

TENNIS: Gaël Monfils a dominé Julien Benneteau en deux manches (6-4, 6-3) et accède ainsi aux quarts de finale du Masters 1000 de Paris-Bercy.

En dominant Julien Benneteau en deux manches (6-4, 6-3) ce jeudi, Gaël Monfils a obtenu son billet pour les quarts de finale du Masters 1000 de Paris-Bercy. Le Parisien revient sur sa performance du jour et sur son actuel état de fatigue en cette fin de saison.Gaël, hier vous nous disiez que vous étiez au fond du trou. Et aujourd'hui tout allait bien...Oui, je ne sais pas trop. C'est un peu moi ça. Je me suis réveillé du bon pied. J'étais bien. Je ne savais pas qui avait gagné quand je suis allé me coucher. Après je me suis réveillé dans la nuit et j'ai lu sur mon portable que c'était Julien. Je savais que j'allais avoir un gros match et que je n'allais pas avoir beaucoup d'autonomie. J'ai essayé de rassembler mon énergie. Je me suis concentré sur mon service, j'ai abrégé les échanges en prenant la balle beaucoup plus tôt. J'ai tapé assez fort quand je le pouvais. Julien en a un petit peu fait les frais aujourd'hui. Vu l'état de fatigue que vous nous décriviez, vous êtes-vous dit en entrant sur le court « je n'ai plus rien à perdre » ?Non, pas forcément. J'étais dans la position du favori. Je suis entré sur le terrain et j'ai essayé de me comporter en tant que patron. Je voulais montrer que j'étais bien le plus fort et je pense que j'ai bien réussi. On a senti que c'était difficile pour Julien. Est-ce que vous pensez qu'il a payé le trop-plein d'émotions d'hier...Oui ça n'a pas dû être facile pour lui de se remettre de ses émotions. Il a dit qu'il avait fait le math de sa vie. C'est toujours dur d'enchaîner derrière. Il a sans doute laissé trop de jus. Ou alors il était beaucoup trop ému. Le problème c'est que c'était un deuxième tour et qu'il restait des matches à jouer après. "Je pense que j'ai un manque de jus évident."Mais vous aviez de l'énergie aujourd'hui tout de même.Oui, mais je pense que Julien n'a pas été assez agressif. Il n'y a pas eu tant de longs échanges que cela. Ça n'était pas violent physiquement. Lui aussi avait l'air un peu fatigué. J'arrivais à taper fort quand je le voulais, à changer le rythme. Il y a eu des points gagnants et des fautes directes mais pas trop de droite-gauche. Je n'ai pas eu à puiser dans mes réserves.Et au niveau mental, comment vous sentez-vous ? N'êtes-vous pas aussi un petit peu émoussé en fin de saison ? Si ça pèse un peu. Mais je suis un homme de challenge. Ici je suis motivé. Je pense que j'ai un manque de jus évident. Mais avec la motivation, le public, ma famille, mes potes, ça change... Si on jouait à Shanghai ce serait un peu différent. Un petit mot sur Cilic, votre adversaire des quarts de finale.(Evasif). Je ne sais jamais trop quoi dire quand on me demande de parler de mes adversaires. On ne s'est jamais joué, ni même jamais entraîné ensemble. Je sais qu'il joue bien en ce moment. C'est un très grand serveur. Ce devrait être un beau match. Je n'ai pas eu de chance de jouer deux fois des Français pour mes premiers matches car le public dans ce cas est souvent partagé. Demain ce sera mieux.