Monfils fait le break

  • A
  • A
Monfils fait le break
@ Reuters
Partagez sur :

COUPE DAVIS - Après sa victoire sur Nalbandian, la France mène 2-0.

COUPE DAVIS - Après sa victoire sur Nalbandian, la France mène 2-0. David Nalbandian à terre. C'est l'image que l'on pourra retenir de ce deuxième simple de Coupe Davis. Le géant argentin, à deux doigts d'être terrassé, se jette désespérément sur une balle de Gaël Monfils et termine le ventre à terre. L'un des nombreux points quasi-perdus que le Parisien est allé chercher à la force de ses jambes. Souvent incroyable en défense, mais aussi en attaque, Monfils s'est donc payé en quatre manches l'ancien n'°3 mondial (6-4, 2-6, 6-4, 6-3). Un authentique exploit, qui donne le deuxième point à la France avant le double qui pourrait envoyer les Bleus en finale de la Coupe Davis, face aux Serbes ou aux Tchèques. "C'est sûr, je suis super content, concèdera Monfils sur France 4 après sa performance. J'ai fait un super match aujourd'hui. Je pense que c'est la plus belle victoire de ma jeune carrière. Je pense que j'ai réussi à bien me reconcentrer, à évacuer, le stress, à avancer un peu plus dans la balle. Et puis avec un public comme ça à Gerland, ça m'a donné des ailes. J'ai eu de la réussite mais je pense que c'est la magie de Coupe Davis." L'événement a donc transcendé La Monf'. Transformé, même, serait-on tenté d'écrire. Le Monfils désabusé, et même bien souvent agaçant, qui avait complètement balancé le match contre Djokovic à l'US Open il y a une dizaine de jours, a cédé sa place un tout autre joueur. Capable de tenir la distance contre David Nalbandian, qui n'avait cédé ces dernières semaines que contre des clients comme Djokovic, Murray et Verdasco. Fort. Écoutez Gaël Monfils au micro de Corinne Boulloud : Le faire en Coupe Davis l'est peut-être encore plus. Avant cette rencontre, l'Argentin affichait un incroyable ratio de 20 victoires pour 4 défaites dans les simples à enjeu. Monfils a donc mis à mal la statistique, alors que Nalbandian avait clamé haut et fort jeudi son intention d'en effacer une autre, celle des confrontations entre les deux hommes, à l'avantage du Français (3-1 désormais). Mais Monfils lui aussi est un autre joueur en Coupe Davis. Après des débuts catastrophiques sous un maillot bleu qu'il qualifie aujourd'hui de "lourd à porter", le n°15 mondial a signé deux matches "références" -dixit Forget- dans la compétition, contre Kohlschreiber et Ferrer. Pas loin d'être les deux meilleurs matches du Parisien dans une saison jusque-là sans éclat. Celui-ci, contre Nalbandian, est à ranger très très haut dans cette catégorie. Forget: "Quelque chose de magique" Sa partition fut vraiment très bonne en de nombreux points. Dès les tous premiers points, on a vu un Monfils excellent au service, auteur de 27 aces dans toute la partie, contre un seul à l'Argentin (et 8 doubles fautes). Suffisant pour le mettre en confiance. Et grâce à quelques points de "mutants", s'est vite détaché dans la première manche (4-1, puis 6-4 en 36 minutes). Et quand Nalbandian, par son simple talent, s'est remis dans le match en remportant le deuxième set facilement (6-2), Monfils s'est servi du public, et des encouragements de Guy Forget, pour ne pas sortir du match, et continuer à se battre sur tous les points, et à agresser l'Argentin. Un break obtenu rapidement dans le 3e set (3-1) le conforta dans cette optique. Toujours aussi solide au service, une composante indispensable face à un relanceur de la qualité du "Gringo", le Parisien filait jusqu'au gain du set (6-4). Alors qu'on pouvait croire le jeu de Monfils plus usant, c'est l'Argentin qui allait finir par craquer le premier, tant physiquement que psychologiquement. Agacé par la réussite du Français, Nalbandian, malgré un break obtenu rapidement (2-0), abandonnera aussi la quatrième manche à un adversaire survolté. "Cette salle a quelque chose de magique", dira Guy Forget. Espérons qu'elle opère aussi samedi lors du double.