Monfils était cuit

  • A
  • A
Monfils était cuit
Partagez sur :

Poussé dans ses retranchements par Juan Carlos Ferrero, Gaël Monfils a baissé pavillon ce jeudi aux portes du 3e tour de l'US Open. Après 4h48' de jeu, le Francilien s'est incliné en cinq sets, manifestement épuisé physiquement (7-6, 5-7, 6-7, 6-4, 6-4). Un peu plus tôt, Michaël Llodra, Alizé Cornet et Pauline Parmentier n'avaient rien pu contre Anderson (6-1, 6-2, 6-2), Vinci (6-2, 6-3) et Amanmuradova (6-3, 7-5). Jo-Wilfried Tsonga a sauvé l'honneur en écartant Bubka fils (6-3, 7-5, 6-2).

Poussé dans ses retranchements par Juan Carlos Ferrero, Gaël Monfils a baissé pavillon ce jeudi aux portes du 3e tour de l'US Open. Après 4h48' de jeu, le Francilien s'est incliné en cinq sets, manifestement épuisé physiquement (7-6, 5-7, 6-7, 6-4, 6-4). Un peu plus tôt, Michaël Llodra, Alizé Cornet et Pauline Parmentier n'avaient rien pu contre Anderson (6-1, 6-2, 6-2), Vinci (6-2, 6-3) et Amanmuradova (6-3, 7-5). Jo-Wilfried Tsonga a sauvé l'honneur en écartant Bubka fils (6-3, 7-5, 6-2). Une bataille. Plus qu'un match de tennis, c'est un véritable combat qu'a livré Gaël Monfils ce jeudi face à Juan Carlos Ferrero. 4h48, la rencontre a duré, indécise et parfois haletante malgré le physique manifestement vacillant des deux hommes. En délicatesse avec sa hanche, l'Espagnol, vainqueur du tournoi de Stuttgart cet été, était arrivé à New York sans grand repère sur dur, écarté dès le premier tour à Montréal comme à Cincinnati. Gêné par des genoux toujours aussi récalcitrants, Gaël Monfils avait au contraire vécu une tournée nord-américaine probante. C'est dire si la victoire de l'actuel 105e joueur à l'ATP a tout de la performance. Finaliste à Washington il y a un mois, quart de finaliste sur les deux Masters 1000 qui s'en sont suivis, Gaël Monfils n'a eu il est vrai que peu de temps pour souffler ces dernières semaines. Alerté par son genou droit au premier tour de cet US Open, contre le talentueux Bulgare Grigor Dimitrov, le n°1 tricolore, septième joueur mondial, est encore apparu émoussé sur le court Armstrong, ne ménageant pas du reste ses efforts, dans son style si caractéristique et volontiers spectaculaire. Un style que le public américain apprécie, mais qui n'est pas pour arranger les articulations de l'intéressé. Autre facteur aggravant, le Francilien a évolué dans son tennis, se projetant davantage à l'intérieur du court pour cueillir ses points à la volée. Une bonne initiative en soi qui implique toutefois des variations usantes pour un organisme rompu aux rallyes latéraux, pas encore aux piqués répétés vers le filet. Contre Juan Carlos Ferrero, Gaël Monfils a inscrit pas moins de 27 points à la volée, en 50 tentatives, saoulant son adversaire de 81 coups gagnants. Las le Français a été capable du meilleur comme du pire dans ce match, gratifiant également son rival de 81 fautes directes. A titre de comparaison, l'Espagnol n'a commis que 52 erreurs pour 34 coups gagnants seulement. Un premier set décisif De fait, c'est incontestablement dans le premier set que le Parisien a loupé le coche. Malgré 20 coups gagnants assurés dans cette seule manche, la coqueluche du Louis Armstrong Stadium a trouvé le moyen de laisser passer sa chance, surprise dans un tie-break bien mal entamé (7-6 [5]). Ferrero a beau enchainer sur un break, Monfils a le mérite de réagir, effaçant son retard avant de faire la différence à 5-5 pour empocher le deuxième acte 5-7. On joue alors depuis 2h11 et déjà les deux hommes semblent peiner physiquement, portés néanmoins par un public enthousiaste. Dans le troisième set, Gaël Monfils tente de hausser le ton, s'essayant à un jeu plus direct au détriment de ses rushes au filet. Juan Carlos Ferrero tient bon mais s'incline à son tour dans le tie-break, sur une grossière faute directe (6-7 [5]). Ce set sera le dernier remporté par le Français. En dépit d'un jeu blanc signé d'entrée de quatrième manche, celui qui avait atteint les quarts de finale ici-même l'an passé se voit trahi par son jeu de jambes. L'impulsion n'y est plus, l'impact dans la balle non plus, et son adversaire en profite pour breaker à 3-3. Le set empoché dans la foulée (6-4), Ferrero confirme en prenant le service du Francilien à l'amorce du cinquième acte. Gaël Monfils abdique, sans jamais plus concéder sa mise en jeu (6-4), laissant l'Espagnol rejoindre son compatriote Marcel Granollers au troisième tour du quatrième et dernier Majeur de la saison. Pour Monfils, l'heure est à la récupération. Et ce n'est sans doute pas un mal...