Mondiaux : les finales à ne pas rater

  • A
  • A
Mondiaux : les finales à ne pas rater
@ Montage REUTERS
Partagez sur :

ATHLETISME - Europe1.fr a listé pour vous cinq grands moments à ne pas manquer lors des Mondiaux.

Les Mondiaux d'athlétisme, treizièmes du nom, s'ouvrent samedi et s'achèveront le dimanche 4 septembre. Afin d'y voir plus clair dans un programme qui compte 47 épreuves, Europe1.fr a fait le tri et vous présente cinq finales à ne surtout pas manquer.

100 mètres masculin : Le grand rendez-vous de Bolt et Lemaitre Traditionnel point d'orgue du premier week-end de compétition, le 100 mètres messieurs a pris une autre dimension encore depuis l'avènement d'Usain Bolt. Une finale avec le sprinteur jamaïcain, ce n'est pas une course, c'est une expérience sur les limites de l’être humain. Il y a deux ans, à Berlin, "Lightning Bolt" avait placé le record du monde sous la barre des 9"60 (9"58), un chrono que l'on a longtemps estimé inaccessible. Même s'il a dû se contenter d'un 9"88 cette année, une fois la compétition lancée, tout semble possible... Possible aussi, la présence d'un Français sur le podium de l'épreuve-reine. Avec les absences cumulées de Tyson Gay et d'Asafa Powell, Christophe Lemaitre, cinquième meilleur performeur de l'année (9"92), a une vraie carte à jouer et "60% de chances", selon lui, de décrocher une breloque. Dimanche 28 août, 13h45.

Perche masculine : une affaire de famille. Onze jours après le décès de Pierre Quinon, ce concours aura une connotation singulière pour l'ensemble de la "grande famille" de la perche française. Samedi, ils seront trois à essayer de se qualifier pour la finale : Jérôme Clavier, Romain Mesnil et Renaud Lavillenie. Champion d'Europe en titre et meilleur performeur de l'année, Lavillenie possède même quatre des cinq meilleures marques établies en 2011, avec un pic à 5,90 m. Frustré par sa médaille de bronze en 2009, Lavillenie espère prendre une revanche dorée. Romain Mesnil, qui fut double médaillé d'argent lors des deux dernières éditions des Mondiaux, en 2007 et 2009, a lui aussi une occasion en... or d'être enfin sacré dans une discipline où les Tricolores continuent d’exceller. Lundi 29 août, 12h25.

3000 m steeple masculin : deux Français contre le Kenya. Médaillé d'argent surprise au milieu des Kenyans lors des derniers Jeux olympiques, à Pékin, Mahiedine Mekhissi-Benabbad aborde ces Mondiaux avec appétit, après une dernière édition gâchée par une blessure. Même s’il s’est tristement illustré avec ses poings cet été, "MMB" a également brillé avec les pointes. Il est le quatrième performeur de la saison, derrière trois Kenyans, évidemment (les trois "K", Kipruto, Kemboi et Koech), et juste devant son compatriote Bouabdellah Tahri, qu'il avait battu l'an dernier lors des championnats d'Europe, à Barcelone. Les deux Français, s’ils maîtrisent leurs nerfs, sont les seuls susceptibles de bouleverser l'hégémonie kenyane (15 des 17 meilleurs chronos 2011 pour les coureurs des hauts plateaux, les deux autres étant signés Mekhissi et Tahri). Voilà qui promet un sacré duel France-Kenya. Jeudi 1er septembre, 13h25.

Saut en hauteur féminin : le défi de Blanka. Blessée à la jambe gauche, loin derrière la Russe Anna Chicherova dans les bilans de l'année 2011 (2,00 m seulement contre 2,07 m), Blanka Vlasic a néanmoins décidé de se rendre en Corée du Sud. L'enjeu est de taille pour la Croate, élue meilleure athlète de l'année 2010 : un troisième titre de championne du monde consécutif, après Osaka 2007 et Berlin 2009. En dehors de l'aspect purement compétition, le concours de saut en hauteur féminin reste toujours un grand moment de perfection des corps et des gestes. Samedi 3 septembre, 12h00.

Le 4x100 m masculin : le bouquet final. Histoire de pimenter le programme de la dernière journée, la fédération internationale (IAAF) a décidé de faire du 4x100 m l'ultime épreuve des Mondiaux. On les comprend, car, question spectacle, le 4x100 m, c'est de l'or en bâtons ! Entre les équipes surprises, les relais manqués et la dernière ligne droite d'Usain Bolt, le spectacle est partout pendant un peu plus de quarante secondes. Et puis, le relais 4x100, c'est (aussi) une spécialité tricolore. Et comme l'équipe de France dispose désormais d'un Lemaitre, il y a tout pour que cette course soit un beau feu d'artifice tout bleu. Dimanche 4 septembre, 14h00.