Monaco, toujours ça de pris

  • A
  • A
Monaco, toujours ça de pris
Partagez sur :

Malgré un match nul au bout de la prolongation, Monaco est venu à bout de Lorient, mardi au Stade Louis II lors des 8e de finale de la Coupe de la Ligue (1-1, 5 t.a.b. à 3). Relégables en Ligue 1, les hommes de Guy Lacombe se consolent comme ils peuvent et, surtout, évitent de plonger plus franchement dans la crise. Mais beaucoup de choses restent encore à revoir.

Malgré un match nul au bout de la prolongation, Monaco est venu à bout de Lorient, mardi au Stade Louis II lors des 8e de finale de la Coupe de la Ligue (1-1, 5 t.a.b. à 3). Relégables en Ligue 1, les hommes de Guy Lacombe se consolent comme ils peuvent et, surtout, évitent de plonger plus franchement dans la crise. Mais beaucoup de choses restent encore à revoir. Ce ne fut pas extraordinaire, loin de là, mais Monaco s'en contentera. En éliminant Lorient en 8e de finale de la Coupe de la Ligue après la séance de tirs au but (1-1, 5 t.a.b. à 3), mais aussi après un match particulièrement insipide, les hommes de Guy Lacombe ont pris leur revanche par rapport à la 7e journée de Ligue 1, où ils s'étaient inclinés au Moustoir au terme d'une prestation bien pire que ne l'indiquait le score (1-2). Ils évitent également un troisième revers de suite à Louis-II, donc une crise, et se projettent à deux matches d'une éventuelle finale au Stade de France. Devant 3 000 spectateurs seulement, les Monégasques prennent un bon bol d'air. Mais cette bouffée d'oxygène provient uniquement du résultat et d'un arrêt de Ruffier devant Le Lan sur le premier tir au but lorientais, tant le contenu a été médiocre, d'un côté comme de l'autre d'ailleurs. En première période, la seule frappe cadrée est l'oeuvre de Mvuemba, à la... 37e minute de jeu. Les deux formations sont incapables de mettre du rythme, Lorient domine à peine mais ne fait vraiment pas mieux que son hôte du soir. Entre le 16e et le 18e de Ligue 1, les attentes n'étaient de toute façon pas plus élevées que cela. Hansson sans états d'âme Gameiro et Monnet-Paquet entrent à l'heure de jeu côté lorientais mais le match ne s'emballe pas plus. Hormis sur deux frappes hors cadre et une autre contrée de l'international français, le très maigre public de la Principauté est au bord de l'endormissement. Jusqu'à l'entame des cinq dernières minutes, lorsque Dubarbier est bousculé dans la surface monégasque sans que M. Chapron ne bronche (84e), puis quand Hansson voit son but refusé pour un hors-jeu après une déviation de Park (85e). Un avertissement prémonitoire... Au coeur de la prolongation, le défenseur suédois reprend en effet victorieusement de la tête un coup franc de Coutadeur (1-0, 99e) et libère l'ASM. A noter que Hansson n'avait pas rendu le ballon aux Merlus sur l'action qui amène le coup franc, alors que ces derniers avaient volontairement dégagé en touche... Diarra va remettre tout le monde d'accord, à moins de trois minutes de la fin, en égalisant d'un superbe tir enroulé lointain du pied gauche, qui percute le poteau droit de Ruffier avant d'entrer (1-1, 118e). Le portier monégasque se rattrapera ensuite.