Monaco touche le fond

  • A
  • A
Monaco touche le fond
Partagez sur :

Le suspense inhérent à la Ligue 1 depuis plusieurs saisons ne réside pas qu'à son sommet. Certes, le top cinq du championnat se livre une bataille palpitante pour le titre et la Ligue des champions. Mais en bas, aussi, l'on se bat comme des beaux diables pour assurer la pérennisation parmi l'élite. En cette fin de semaine, Nancy, qui battu Monaco (1-0), a réalisé une magnifique opération. Le Rocher semble plus que jamais proche de se briser...

Le suspense inhérent à la Ligue 1 depuis plusieurs saisons ne réside pas qu'à son sommet. Certes, le top cinq du championnat se livre une bataille palpitante pour le titre et la Ligue des champions. Mais en bas, aussi, l'on se bat comme des beaux diables pour assurer la pérennisation parmi l'élite. En cette fin de semaine, Nancy, qui battu Monaco (1-0), a réalisé une magnifique opération. Le Rocher semble plus que jamais proche de se briser... Dimanche après-midi, la pression était sur les épaules monégasques. La veille, les succès de Lens à Montpellier (1-4) et d'Auxerre face à Sochaux (2-0) avaient laissé aux hommes de Laurent Banide une marge de manoeuvre plus que réduite. Premiers relégables, les Rouge et Blanc ont subi une nouvelle désillusion face à Nancy (0-1), buttant notamment sur un Damien Grégorini en état de grâce dans le camp lorrain. Et si ce dernier affirmait au terme de la partie que "Monaco n'est pas mort", les hommes du Rocher sont bel et bien au bord du précipice à dix journées de la fin du championnat. Avec désormais trois points de retard sur l'AJA, premier non relégable, l'ASM doit maintenant regarder dans le rétroviseur puisque les Sang et Or sont revenus à leurs basques, à une petite longueur. Si l'on y ajoute la victoire de Caen face à Arles-Avignon (2-0) ce dimanche, Chu-Young Park et consorts accusent en prime un retard de six unités sur les Normands et les Lorrains. "Quand on est dans la zone rouge, le compte à rebours se met en route, forcément. La saison ne se joue pas ce (dimanche) soir, mais on se doit d'être plus déterminé", regrettait Laurent Bonnart au micro de Foot+ après la rencontre. "Il va falloir continuer avec beaucoup d'humilité mais aussi beaucoup d'envie. Il reste dix matches et beaucoup de points à prendre. Ce soir, je ne vais pas rentrer chez moi avec le sourire, mais on va tous travailler cette semaine. Je peux vous assurer que nous n'allons pas lâcher", a poursuivi l'ancien Marseillais, très marqué malgré une belle copie rendue de sa part. Et pour cause, l'ASM ne devra pas se rater la semaine prochaine sur la pelouse de la lanterne rouge Arles-Avignon, et ce, avant d'accueillir la redoutable équipe du Losc. Les prochaines semaines risquent d'être tendues du côté de la Turbie...