Monaco retrouve le goût du combat

  • A
  • A
Monaco retrouve le goût du combat
Partagez sur :

Vainqueur du leader lillois ce week-end (1-0) au terme d'un match solide, l'AS Monaco a retrouvé un engagement trop souvent déficient ces derniers mois. Satisfait malgré le peu de jeu montré, Laurent Banide peut savourer cette deuxième victoire consécutive tout en espérant que la série se poursuivra samedi pour un derby bouillant à Nice.

Vainqueur du leader lillois ce week-end (1-0) au terme d'un match solide, l'AS Monaco a retrouvé un engagement trop souvent déficient ces derniers mois. Satisfait malgré le peu de jeu montré, Laurent Banide peut savourer cette deuxième victoire consécutive tout en espérant que la série se poursuivra samedi pour un derby bouillant à Nice. Voilà une victoire qui fait du bien ! Dominé, même en supériorité numérique après l'expulsion prématurée de Gervinho côté lillois, Monaco s'est payé le scalp du leader de Ligue 1 (1-0), faisant d'une pierre deux coups: Deuxième victoire consécutive et sortie de la zone rouge. Ces six points en deux matches (après le succès à Avignon face à la lanterne rouge, 2-0), une première cette saison, permettent aux Monégasques de souffler un peu. Juste un peu toutefois puisque le premier relégable, Auxerre, n'est qu'à un point. A La Turbie, on ne boude toutefois pas son plaisir, cette 16e place étant le meilleur classement du club depuis le 13 novembre dernier. Victorieux à Nancy (4-0), puis auteur d'un nul frustrant contre Arles-Avignon (0-0), l'ASM n'avait su confirmer dans la foulée, signant cinq matches sans victoires. Cette fois, le club de la Principauté a tenu... sans séduire, il est vrai. Le temps du beau jeu semble bien loin. Arrivé en janvier, Laurent Banide avait apporté dans ses bagages l'ambition de ramener un peu d'allant offensif à Louis-II. Trois mois plus tard, le pompier du Rocher, déjà auteur d'un sauvetage en 2006-2007 avant d'être contraint de plier bagages l'été venu, a ravalé ses belles idées, maintien et jeu séduisant faisant rarement bon ménage. Désormais, le leitmotiv semble engagement collectif et défense à outrance. Tout le monde doit pousser dans le même sens pour sauver le navire monégasque. "On doit être ensemble à 200%. Il faut donner le maximum dans la volonté et se vider les tripes pour combler le manque de jeu", reconnaissait dans les colonnes de Nice-Matin l'entraîneur monégasque après la victoire samedi, signant un aveu troublant. Monaco, quatrième défense de Ligue 1 "Manque de jeu", tout est dit. En quête durant des semaines d'un leader offensif, multipliant les essais (Welcome, Moukandjo, Maazou, Feindouno, Niculae ont tous été alignés avec plus ou moins de succès), Banide s'est résolu à d'abord empiler les joueurs défensifs pour confirmer la belle tenue de son bloc. Aux buts et au jeu séduisant a ainsi succédé la sacro-sainte "densité entre les lignes" de la formation en danger. Quatrième défense de Ligue 1, Monaco n'a encaissé qu'un seul but depuis début mars ! La consigne semble claire: tous derrière, quitte à aligner un latéral habituel sur les ailes (Muratori samedi) tout en attendant un exploit ou un malentendu. Dans le registre, la jolie bourde de Rami, à l'origine du but, tient du modèle, surtout quand on peut en plus compter sur le retour de Park. Le Sud-Coréen demeure un atout incontournable dans un tel combat pour sa survie. Particulièrement actif, l'un des leaders des "Chevaliers Daeguk" (surnom de la sélection sud-coréeenne) a profité du cadeau du défenseur lillois pour inscrire son onzième but en Ligue 1 cette saison. Forcément salvateur pour une équipe en difficulté. Mais le capitaine, Stéphane Ruffier, souligne d'avantage la portée de ce succès sur le collectif: "C'est énorme. Je pense qu'il s'est formé quelque chose au sein du groupe", confiait à Nice-Matin l'international français, titularisé en Norvège en août dernier lors du premier match de Laurent Blanc à la tête des Bleus. Reste à confirmer, Monaco s'étant mué depuis plusieurs années en as de la rechute, une maladie chronique sur le Rocher. "On a déjà su rebondir plusieurs fois cette saison avant de retomber. Là, on a confirmé deux fois d'affilée, c'est bien, mais je ne veux pas m'enflammer. Continuons à être irréprochables", se méfie d'ailleurs Ruffier. Un succès ce week-end au Stade du Ray où Monaco est invaincu en championnat depuis 2006, serait le bienvenu pour confirmer la guérison... et poursuivre l'objectif survie. Samedi au stade du Ray, le général Banide attendra donc encore de ses troupes goût de l'effort et sens du sacrifice.