Monaco pas cher payé

  • A
  • A
Monaco pas cher payé
Partagez sur :

Pour ses retrouvailles avec la Ligue 2, trente-quatre ans après, Monaco aurait mérité mieux contre Boulogne-sur-Mer. Dominateurs dans le jeu, les joueurs de Laurent Banide ont dû se contenter d'un match nul et vierge (0-0), ce lundi soir au stade Louis-II, en clôture de la première journée. Un résultat qui rassure à moitié les Monégasques.

Pour ses retrouvailles avec la Ligue 2, trente-quatre ans après, Monaco aurait mérité mieux contre Boulogne-sur-Mer. Dominateurs dans le jeu, les joueurs de Laurent Banide ont dû se contenter d'un match nul et vierge (0-0), ce lundi soir au stade Louis-II, en clôture de la première journée. Un résultat qui rassure à moitié les Monégasques. Candidat naturel à la montée, Monaco a mieux débuté sa saison que Nantes et Lens, deux autres favoris pour la promotion. Un peu mieux, pour être exact. Car les Monégasques, au moins, n'ont pas perdu pour leurs débuts en Ligue 2, trente-quatre ans après leur dernière apparition à ce niveau-là. Hôtes de Boulogne-sur-Mer en clôture de la première journée du championnat, ce lundi soir, les hommes de Laurent Banide ont dû se contenter d'un résultat nul qui ne les rassure qu'à moitié (0-0), après une préparation estivale assez compliquée. L'ASM aurait mérité mieux au cours d'une rencontre qu'elle a dominée sans concrétiser les nombreuses occasions qu'elle a eues. La faute à une maladresse parfois coupable devant le but mais aussi à un Gurtner impeccable sur sa ligne. David Trezeguet, qui s'entraîne avec le club en attendant de trouver un nouveau point de chute, n'a pas eu l'air de trop s'en émouvoir dans les tribunes d'un stade Louis-II aussi désert que lorsque l'équipe évoluait en Ligue 1. S'il a le temps de donner aux attaquants monégasques quelques conseils avant de partir, ils seront les bienvenus. Gurtner à poings nommés Mais Laurent Banide peut tout de même se satisfaire de plusieurs choses. Helstad, l'un des rares joueurs expérimentés de l'effectif arrivé du Mans à l'intersaison, s'est par exemple beaucoup donné en attaque pour forcer le verrou nordiste. C'est lui qui, en une touche, a d'abord permis à Eysseric de s'illustrer, le milieu de terrain se heurtant à la sortie de Gurtner (17e). Le buteur norvégien a ensuite tenté sa chance d'une lourde frappe détournée encore une fois par le gardien de l'USBCO (25e). L'activité sur le flanc gauche du jeune Salli, dangereux par deux fois en première période (31e, 42e), et la bonne copie rendue par Eysseric sont également à souligner. En défense, Hansson a été plutôt serein. Ainsi est-il bien revenu sur une tentative de Reset qui avait mis hors de portée Chabbert (58e) avant de placer une tête à ras du poteau suite à un corner joué en deux temps (68e). Son association avec Adriano, remplacé par Koné en début de deuxième acte (52e), est l'une des bases sur laquelle l'entraîneur de l'ASM peut s'appuyer pour reconstruire. Une arrière-garde qui a aussi pu compter sur son portier au bon moment, quand celui-ci s'est opposé à une nouvelle frappe d'un Reset insaisissable sur le coup (74e). Mais il en faudra beaucoup plus à Monaco pour jouer le haut du tableau et faire oublier aux supporters un été déjà meurtrier en Coupe de la Ligue.