Monaco a bousculé le mercato

  • A
  • A
Monaco a bousculé le mercato
Partagez sur :

Désireux de tirer un trait sur une première moitié de saison ratée, Monaco a été le grand animateur d'un mercato hivernal plutôt calme dans l'Hexagone. Après avoir nommé un nouvel entraîneur, le club de la Principauté a en effet recruté à tour de bras. D'autres en revanche ont tenu à conserver leurs meilleurs éléments ou procédé à de simples ajustements. La plupart, enfin, ont privilégié le statu quo.

Désireux de tirer un trait sur une première moitié de saison ratée, Monaco a été le grand animateur d'un mercato hivernal plutôt calme dans l'Hexagone. Après avoir nommé un nouvel entraîneur, le club de la Principauté a en effet recruté à tour de bras. D'autres en revanche ont tenu à conserver leurs meilleurs éléments ou procédé à de simples ajustements. La plupart, enfin, ont privilégié le statu quo. Ils ont animé le marché Repartir de zéro. C'est apparemment ce qu'ont choisi de faire les dirigeants monégasques cet hiver. Il faut dire que la première moitié de saison de l'ASM, actuellement dix-neuvième au classement, ne peut pas leur donner foncièrement tort. Après avoir décidé de remplacer Guy Lacombe par Laurent Banide sur le banc, le club de la Principauté s'est ensuite attelé à renforcer un effectif qui n'avait pas donné satisfaction. Cinq joueurs ont ainsi débarqué sur le Rocher, essentiellement sous forme de prêt, avant tout pour renforcer le secteur offensif: Grégory Lacombe, Benjamin Moukandjo, Georgie Welcome, Moussa Maazou sont ainsi arrivés la semaine dernière, et comme ce dernier s'est gravement blessé au genou dimanche, les dirigeants monégasques ont réussi à faire signer en urgence avant la clôture du mercato Pascal Feindouno. Tête de proue de ce recrutement, l'ancien Lyonnais Mahamadou Diarra, laissé libre par le Real Madrid. Fort de ce recrutement, l'ASM s'est également débarrassée de nombreux joueurs: Serge Gakpé (Nantes), Eduardo Costa (Vasco de Gama), Dieumerci Mbokani, prêté à Wolfsburg, six mois seulement après son arrivée en échange de 8 millions d'euros. En disgrâce, Alejandro Alonso et Pierre-Emerick Aubameyang, lui aussi arrivé cet été en provenance de Lille, vont tenter de se relancer à Saint-Etienne. Ils ont résisté Renforcés par les deux anciens Monégasques, les Verts semblaient être prêts à lâcher leur international tricolore Dimitri Payet, courtisé par le PSG, contraint de faire face au départ de Stéphane Sessegnon. Mais malgré la volonté clairement affirmée du joueur de changer d'air au point de sécher l'entraînement, les dirigeants stéphanois ont mis leur véto à ce départ. Reste à savoir dans quel état d'esprit ils récupèreront le Réunionnais, qui risque d'être pris en grippe par les supporters. Peu utilisé, Gonzalo Bergessio va tenter de se relancer à Catane. Récemment appelé en équipe de France, tout comme Payet, Kévin Gameiro a lui aussi été l'une des attractions de ce mercato. Annoncé à Bordeaux, qui avait réussi à se mettre d'accord avec son club Lorient, mais aussi au FC Valence, qui semblait avoir la préférence du joueur, l'attaquant de 23 ans est finalement resté dans le Morbihan, au moins jusqu'à la fin de la saison. Un départ cet été semble en revanche quasiment déjà acté. De son côté, Lille a accepté de laisser partir son défenseur international Adil Rami à Valence. Mais ce départ n'interviendra qu'en juin, ce dernier étant prêté jusqu'à la fin de l'actuel exercice. Ils ont procédé à des réajustements Après avoir tourné la page d'une année 2010 bien morose, Bordeaux est à la recherche d'un nouveau souffle. Si l'entraîneur Jean Tigana a été maintenu à son poste, les dirigeants girondins ont toutefois exprimé leur volonté de changement. Ayant échoué sur le dossier Gameiro, le club au scapulaire a opté pour un prêt du jeune international brésilien, André (20 ans), qui débarque au Haillan, en provenance de Dynamo Kiev, précédé d'une réputation plutôt flatteuse. Reste à savoir si l'ancien attaquant de Santos parviendra à prendre rapidement ses marques pour dynamiser une attaque girondine en manque cruelle de confiance. Ecarté à Bordeaux, David Bellion a quant à lui rejoint Nice, où il avait déjà évolué entre 2006 et 2007, avec le même objectif, tandis que Moussa Maazou a été prié d'aller voir ailleurs, en l'occurrence à Monaco (voir ci-dessus). Pour l'OM et Rennes, confrontés à des besoins spécifiques, le recrutement a été ciblé. Pour faire face à la grave blessure de Cesar Azpilicueta, le club phocéen a engagé le défenseur rennais Rod Fanni. En manque d'attaquants, le club breton a de son côté fait signer le Lensois Razak Boukari et le Néerlandais John Verhoek. Montpellier a peut-être réussi un joli coup en faisant revenir en France le Nigérian John Utaka. Après son recrutement pléthorique de l'été dernier, Arles-Avignon a fait le ménage en laissant partir Benjamin Psaume, Hameur Bouazza, Alvaro Mejia ou encore Chafik Najih. A l'inverse, Romain Rocchi, Bobo Baldé et Grégory Lorenzi ont rejoint la lanterne rouge. Ils n'ont pas bougé ou presque Pour la plupart des clubs, le mercato a été très calme. C'est notamment le cas d'Auxerre, Caen, Lens, Lyon, Nancy, Sochaux, Toulouse ou encore Valenciennes. Pour ces clubs, les mouvements ont été très limités et ne concernaient pas des joueurs majeurs de l'effectif. C'est notamment le cas pour l'AJA qui a recruté deux attaquants peu connus, le Sud-Coréen Jo-Gook Jung et le Sénégalais Dieylani Fall, tout en prêtant à Valenciennes Steeven Langil, en difficulté après sa très bonne saison en Ligue 2 avec Caen. De son côté, le club normand a fait revenir un habitué du Stade Malherbe, Grégory Proment, en provenance du club turc d'Antalyaspor. S'il n'a pas recruté, l'OL a pour sa part offert un bon de sortie à Jean II Makoun, parti du côté d'Aston Villa. Qu'ils aient été prudents ou au contraire très actifs lors de ce mercato, les clubs français espèrent tous désormais avoir fait les bons choix.