Missoup-Martin, les coups et les mots...

  • A
  • A
Missoup-Martin, les coups et les mots...
Partagez sur :

C'est une affaire dont le rugby français, dont l'image n'est déjà guère reluisante à l'autre bout du monde, se serait bien passé: une violente bagarre a opposé vendredi dernier Rémy Martin à Olivier Missoup, lors de la réception suivant le match entre Montpellier et Toulon (19-6). Depuis, les deux parties se renvoient la balle, le Montpelliérain ayant déposé une plainte, tandis que la Ligue va enquêter sur cette triste affaire...

C'est une affaire dont le rugby français, dont l'image n'est déjà guère reluisante à l'autre bout du monde, se serait bien passé: une violente bagarre a opposé vendredi dernier Rémy Martin à Olivier Missoup, lors de la réception suivant le match entre Montpellier et Toulon (19-6). Depuis, les deux parties se renvoient la balle, le Montpelliérain ayant déposé une plainte, tandis que la Ligue va enquêter sur cette triste affaire... Que s'est-il réellement passé vendredi soir dans les salons du stade Yves-du-Manoir à l'issue du match de la 6e journée du Top 14 gagné par Montpellier aux dépens de Toulon (19-6) ? Depuis qu'a éclaté l'affaire de la bagarre ayant opposé lors de la réception d'après-match les troisièmes lignes Rémy Martin et Olivier Missoup, plusieurs versions divergentes ont été avancées, rendant cette affaire bien floue. Une chose est certaine: les deux joueurs, qui avaient apparemment eu des différends sur le terrain pendant la rencontre, se sont violemment accrochés devant témoins, au point que Rémy Martin, touché au visage, a déposé une plainte à Montpellier, tandis que le quotidien Var-Matin indique que son rival a de son côté déposé une main courante dans un commissariat de Toulon. Dans un premier temps, il a été question d'insultes racistes pour expliquer l'altercation physique entre les deux joueurs, une accusation qui a fait bondir Rémy Martin, au point de publier dimanche un communiqué, relayé dans Midi Libre: "Je suis scandalisé que la seule réponse du RCT pour justifier l'injustifiable est de jouer sur un sujet aussi grave que le racisme. Je jure sur tout ce que j'ai de plus cher que je n'ai, à aucun moment de la soirée, proféré des insultes racistes. Je me réserve d'ailleurs le droit d'attaquer en diffamation quiconque m'attribuerait de tels propos inacceptables." Et le Montpelliérain de donner sa version des faits: "Au coup de sifflet final, Olivier Missoup est venu à ma rencontre sur le terrain pour me provoquer et me faire des menaces de mort. Je n'ai pas relevé car occupé à ce moment-là à partager la victoire avec les supporters. À la réception d'après match, je suis allé m'attabler avec Mathieu Bastareaud et d'autres joueurs du RCT. Olivier Missoup est à nouveau venu me provoquer et m'a demandé de quitter la réception pour se battre, ce que j'ai bien évidemment refusé. Il m'a alors assené un coup de poing qui m'a projeté, groggy, au sol. Une fois au sol, il m'a mis deux coups de pied dans la tête sous les yeux de nombreux témoins et de ma famille." Chacun sa version... Changement de stratégie le lendemain, puisque lundi, les dirigeants toulonnais publiaient à leur tour un communiqué pour donner une version différente de l'échauffourée, évoquant en guise de défense le "pedigree" de Rémy Martin, qui serait l'auteur des provocations. "Notre joueur a été victime d'agressions caractérisées durant tout le match de la part du joueur de Montpellier Rémy Martin. Les images vidéo en attestent, notamment un coup de pied dans la main alors qu'Olivier Missoup était au sol, nécessitant un arrêt de travail, commence le communiqué. Olivier Missoup n'a pas répondu durant le match afin de ne pas pénaliser son équipe. A la fin du match, Rémy Martin a continué à avoir une attitude dédaigneuse et provocante envers Olivier Missoup et d'autres joueurs du RCT qui peuvent en témoigner." La suite ? C'est là que ça se corse: "A la réception partenaires, Olivier Missoup, qui connaît bien Rémy Martin pour avoir joué avec lui pendant une saison et assisté lors de soirées communes à de nombreuses agressions de Rémy Martin dont le pedigree est de notoriété publique, lui a demandé paisiblement ce qu'il lui arrivait et pourquoi il était aussi méprisant. Celui-ci était debout discutant avec Mathieu Bastareaud. Rémy Martin a arrêté sa discussion avec Mathieu Bastareaud, a dit à Olivier Missoup: «Casse-toi ! T'as 12 ans ! T'es une merde !». Et lui a asséné un violent coup de coude au torse." D'où la réaction du Toulonnais: "Connaissant bien le caractère violent de Rémy Martin, Olivier Missoup s'est défendu pour prévenir un autre coup." En gros, un geste de légitime défense de la part du troisième ligne, à en croire la version du RCT, qui, s'il s'est excusé de l'incident auprès du club montpelliérain survenu dans un lieu de convivialité, a tenu à apporter une double précision: "Aucun propos raciste ne semble être à l'origine de l'altercation. Olivier Missoup est un joueur exemplaire dont la loyauté et le comportement peuvent être soulignés (aucun carton en quatre saisons sportives), qualités dont ne peut se prévaloir Monsieur Rémy Martin, malgré ses déclarations." Pas de réponse depuis de la part du club héraultais, mais l'affaire ne devrait pas en rester là, puisque la Ligue nationale de rugby va enquêter pour la tirer au clair et sans doute prononcer des sanctions qui pourraient être lourdes de part et d'autre. Une chose est sûre: comme l'indiquait Rémy Martin dimanche dans son communiqué, "cette altercation reste regrettable et contraire à l'esprit du rugby." Esprit, es-tu (encore) là ?