Milito, le buteur de l'ombre

  • A
  • A
Milito, le buteur de l'ombre
Partagez sur :

FOOTBALL - L'Inter de Diego Milito affronte l'AS Roma pour le compte de la 12e journée de Serie A.

Si Samuel Eto'o fut la recrue vedette de l'été à l'Inter, Gabriel Milito a lui débarqué dans le club nerazzurri dans un relatif anonymat. Pourtant, l'Argentin est l'une des clés de la domination intériste sur la Serie A. Alors que l'Inter reçoit la Roma pour conclure la 12e journée, El Principe tentera de faire une nouvelle fois trembler les filets.L'Inter peut déjà le remercier pour services rendus. Si le club milanais continue de survoler, sans véritable opposition, le championnat d'Italie cette saison, Diego Milito peut se revendiquer comme l'un des grands responsables de la suprématie de l'équipe dirigée par José Mourinho. Le quadruple champion d'Italie, qui se promène donc avec 10 victoires de rang après 11 journées, possède ainsi sept points d'avance sur ses dauphins, la Juventus Turin et la Sampdoria de Gênes. Diego Milito, lui, a frappé sept fois en neuf matches de Serie A, le dernier but remontant à dimanche dernier à Livourne (2-0, 11e j.), mieux que Samuel Eto'o fils avec ses cinq réalisations en 10 rencontres.N'oublions pas également que Milito a l'habitude de chasser dans les surfaces adverses depuis une bonne dizaine d'années avec un certain succès. Attaquant d'Avellaneda de 1999 à 2004, il choisit alors de quitter l'Argentine pour l'Italie, comme bon nombre de ses compatriotes avant lui. Ce sera le Genoa, 33 buts en deux saisons de Serie B, avant l'aventure espagnole. Au cours des ses trois saisons passées en Liga sous le maillot du Real Saragosse, où évolue également son petit frère Gabriel, il inscrivit 51 buts avant que le Genoa ne le rappelle. Et pas pour rien. 2008-2009 sera son meilleur bilan, 24 buts en 31 rencontres, soit un de moins que le capocannoniere, Zlatan Ibrahimovic. Car c'est bien Eto'o qui a été désiré par les dirigeants milanais pour devenir l'attaquant numéro un à la place du Suédois, et apaiser dans la foulée les tifosi nostalgiques du grand Zlatan.Pour l'instant, Diego Milito joue donc parfaitement son rôle d'attaquant de « complément ». Mercredi soir, il fut encore le détonateur d'une équipe de l'Inter menée à Kiev 1-0 jusqu'à la 86e minute, moment du réveil des Nerazzurri et de l'égalisation de l'Argentin. La reprise de ce même Milito, trois minutes plus tard, sur une action confuse, était ensuite bonifiée par Sneijder (2-1, 89e) pour la première victoire des hommes de Mourinho dans cette Ligue des champions. Dimanche à Giuseppe Meazza, pour la 12e levée de Serie A, les défenseurs de l'AS Roma se méfieront évidemment de Diego Milito tout autant que de Samuel Eto'o. Car contrairement à la saison dernière où l'on voyait la plupart du temps Zlatan Ibrahimovic en pointe, Mourinho aligne un véritable 4-4-2 (ou 4-3-1-2). Il aurait tort de se priver en effet de deux buteurs de cette classe. Et pour l'instant, c'est Milito qui brille.