Milan, un derby et un titre

  • A
  • A
Milan, un derby et un titre
Partagez sur :

A l'occasion d'un derby électrique en Supercoupe d'Italie, à Pékin, l'AC Milan, champion en titre, a finalement eu le dernier mot face à l'Inter Milan (2-1), tenant de la coupe nationale et de la compétition. A l'ouverture du score de Sneijder (22e) ont répondu Ibrahimovic (60e) et Boateng (69e) en moins de dix minutes, pour un premier titre rossonero cette saison et une 6e Supercoupe au palmarès.

A l'occasion d'un derby électrique en Supercoupe d'Italie, à Pékin, l'AC Milan, champion en titre, a finalement eu le dernier mot face à l'Inter Milan (2-1), tenant de la coupe nationale et de la compétition. A l'ouverture du score de Sneijder (22e) ont répondu Ibrahimovic (60e) et Boateng (69e) en moins de dix minutes, pour un premier titre rossonero cette saison et une 6e Supercoupe au palmarès. Il y avait comme un air de déjà-vu pour les tifosi intéristes ce samedi après-midi... Malgré le caractère inédit de cette finale de Supercoupe d'Italie entre l'Inter Milan et l'AC Milan, ou le fait qu'elle se tenait à Pékin, et non à Giuseppe-Meazza/San Siro, les Nerazzurri ont tout de même subi la loi des Rossoneri (2-1), pour la troisième fois d'affilée. Pourtant, les hommes de Gian Piero Gasperini, articulés autour d'un 3-5-1-1 propre au nouveau technicien, maîtrisaient totalement les débats, marqués par une agressivité parfois limite des deux côtés, dans la première demi-heure. Après une première frayeur intervenue suite à une frappe de Robinho, seul devant le but, au-dessus de la cage (6e), les tenants du titre manquaient de peu l'ouverture, sur des frappes de Sneijder (5e) et de Stankovic (18e) au-dessus, ou ce raid d'Eto'o, parti au but mais repris in extremis (13e). Il fallait un coup franc magistral dans la lucarne du meneur de jeu néerlandais - annoncé à Manchester City pour 36 millions d'euros par La Gazzetta dello Sport samedi avant que les Citizens ne démentent - pour débloquer la situation (22e). Alvarez, de manière un peu trop enlevée (35e), puis Eto'o, dans un angle fermé (37e), inquiétaient à leur tour l'AC Milan, qui répondait tout de même de belle manière. Le centre d'Ignazio Abate rebondissait devant le but avant d'être dévié de la tête par Zlatan Ibrahimovic sur le poteau (40e). Milan, un retour express Un premier avertissement sans frais pour des Intéristes méconnaissables à leur retour du vestiaire. Grisés par leur but d'avance et leur débauche d'énergie en début de rencontre, les vainqueurs de la Coupe d'Italie laissaient leurs adversaires les presser, jusqu'à ce que Robinho décale Seedorf côté droit, qui prenait le meilleur sur Chivu - décidément catastrophique lors des derbys - avant de centrer pour Ibrahimovic, qui plaçait une tête plongeante dans le but vide (60e). En moins de dix minutes, Milan renversait même la vapeur, bénéficiant de la réussite qu'il n'avait pas eu en première période. Sur une ouverture d'Abate - encore lui, Pato voyait sa frappe déviée par Julio Cesar sur le poteau. Mais Boateng suivait bien et se jetait pour donner l'avantage aux Rossoneri (69e). Avantage que les hommes de Massimiliano Allegri, eux, ne lâchaient pas malgré des tentatives de Pazzini (76e) et Eto'o (83e), pour fêter leur 6e Supercoupe - désormais une de plus que l'Inter en tête du palmarès - et leur premier titre de la saison. De quoi gonfler le moral milaniste avant la reprise de la Serie A, fin août, et ruiner celui des Intéristes. Surtout si le départ de Sneijder pour Manchester City se confirme.