Milan tient son rang

  • A
  • A
Milan tient son rang
Partagez sur :

En attendant le résultat d'Inter Milan-Juventus Turin dans la soirée, l'AC Milan s'est provisoirement emparé de la tête de la Serie A en allant gagner sur le terrain de l'AS Rome (2-3), samedi après-midi, lors de la 10e journée. Un doublé de Zlatan Ibrahimovic et un but d'Alessandro Nesta ont permis aux Rossoneri d'enchaîner un troisième large succès consécutif en championnat. Les Giallorossi, eux, accusent le coup.

En attendant le résultat d'Inter Milan-Juventus Turin dans la soirée, l'AC Milan s'est provisoirement emparé de la tête de la Serie A en allant gagner sur le terrain de l'AS Rome (2-3), samedi après-midi, lors de la 10e journée. Un doublé de Zlatan Ibrahimovic et un but d'Alessandro Nesta ont permis aux Rossoneri d'enchaîner un troisième large succès consécutif en championnat. Les Giallorossi, eux, accusent le coup. "Maintenant, la chose la plus importante, c'est de retrouver la tête", avait déclaré Massimiliano Allegri, le coach de l'AC Milan, dans La Gazzetta dello Sport après la victoire contre Parme (4-1), dans la semaine. C'est chose faite, du moins provisoirement, après le succès des siens sur le terrain de l'AS Rome (2-3), samedi, en ouverture de la 10e journée de Serie A. Une première depuis six matches. Toutefois, la Juventus Turin, l'Udinese et la Lazio Rome, respectivement opposées à l'Inter Milan (dans la soirée), Palerme et Cagliari (dimanche), ne devront pas l'emporter, sous peine de voir l'AC Milan perdre la tête. Ce qui était loin d'être le cas au Stadio Olimpico, qui a vu son lot de caboches. Celle de Zlatan Ibrahimovic, deux fois, qui prenait d'abord le meilleur sur Juan et reprenait un centre côté droit de l'ancien chouchou des lieux, Alberto Aquilani (17e), avant de récidiver sur une situation analogue (78e). Celle de Nicolas Burdisso, ensuite, qui propulsait un corner de l'ex-Lyonnais Miralem Pjanic (28e). Puis celle d'Alessandro Nesta, enfin, à la réception d'un corner de Robinho (30e). Mais les spectateurs présents dans l'enceinte de la capitale ont aussi vu des têtus, à l'image de Christian Abbiati, qui repoussait les tentatives de David Pizarro (34e), Nicolas Burdisso (58e), puis Pablo Osvaldo (72e). Des têtes à claques, à l'image de Kevin-Prince Boateng, expulsé par M. Damato juste après son remplacement pour propos injurieux (67e). Des têtes en l'air, comme Antonio Cassano, qui effaçait deux joueurs mais manquait sa frappe (77e) ou Antonio Nocerino, qui manquait la balle du 1-4 en ratant sa reprise à bout portant (86e). Ou encore des têtes de mules, à l'instar Bojan, qui réduisait l'écart en profitant d'un ballon relâché par Abbiatti (87e) et faisait croire aux siens au match nul, jusqu'au bout des quatre minutes d'arrêts de jeu. En vain.