Milan, grazie Gattuso

  • A
  • A
Milan, grazie Gattuso
Partagez sur :

Au terme d'une partie d'une rare léthargie, l'AC Milan a dominé la Juventus Turin chez elle (0-1), samedi, lors de la 28e journée de Serie A. Le salut est venu de son capitaine, Gennaro Gattuso (68e), qui permet aux Rossoneri de prendre provisoirement huit longueurs d'avance sur l'ennemi intériste, qui reçoit le Genoa, dimanche. Les Bianconeri, eux, sont au fond du gouffre (7e).

Au terme d'une partie d'une rare léthargie, l'AC Milan a dominé la Juventus Turin chez elle (0-1), samedi, lors de la 28e journée de Serie A. Le salut est venu de son capitaine, Gennaro Gattuso (68e), qui permet aux Rossoneri de prendre provisoirement huit longueurs d'avance sur l'ennemi intériste, qui reçoit le Genoa, dimanche. Les Bianconeri, eux, sont au fond du gouffre (7e). "Pour nous, c'est un match clé dans la course au Scudetto. Pour eux, c'est un match clé dans la course à la Ligue des champions." Massimiliano Allegri, le coach de l'AC Milan, avait parfaitement résumé l'enjeu de cette affiche de la 28e journée de Serie A en conférence de presse. En revanche, là où l'ancien technicien de Cagliari s'était trompé, c'est quand il avait dit que "les Bianconeri savent jouer les matches importants". La Juventus Turin ne sait plus jouer les matches importants, en témoigne cette défaite concédée à domicile face aux Rossoneri (0-1). Cette troisième défaite consécutive, après celles de Lecce (2-0) et celle à domicile contre Bologne (0-2), et cette septième place provisoire démontrent que les Bianconeri sont non seulement largués dans la course à la C1. Mais pire, les joueurs de Luigi Del Neri ont carrément perdu leur football. Et pourtant, en face, l'opposition milanaise n'avait rien à voir avec celle montrée lundi contre Naples (3-0). Buffon pas rassurant... A la pause, pas un tir cadré des deux côtés, deux frappes d'Ibrahimovic (2e) et Cassano (22e) - titulaire en l'absence de Pato et préféré à Robinho - au-dessus, une cheville de Boateng bousillée par Melo, deux-trois crochets de Krasic et le carton jaune qui va bien pour Van Bommel. Voilà tout ce qu'il y avait à retenir des quarante-cinq premières minutes. Et même de l'intégralité de la rencontre pour la Vieille Dame qui, malgré le remplacement des fantômes Toni et Matri par Iaquinta (63e) et Del Piero (80e), ne comptait pas le moins tir cadré au coup de sifflet final. Si les visiteurs ont fait à peine mieux, ils ont au moins eu le mérite d'inquiéter à plusieurs reprises un Gianluigi Buffon peu rassurant. Certes, le portier italien s'emparait de la tête de Flamini (51e) et du coup franc d'Ibrahimovic (53e), mais il ne se montrait pas irréprochable sur le but de Gennaro Gattuso qui, d'une frappe écrasée du gauche, parvenait à trouver la faille (1-0, 68e). Un but salvateur pour les visiteurs, qui prennent provisoirement huit longueurs d'avance en tête du Campionato sur l'Inter Milan, qui reçoit dimanche le Genoa.