Michalak, rendez-vous été 2012

  • A
  • A
Michalak, rendez-vous été 2012
Partagez sur :

Actuellement en vacances en France, avant la reprise de la saison avec les Sharks dans trois semaines, Frédéric Michalak se livre dans les colonnes de L'Equipe de mardi. L'ancien Toulousain, qui souhaite retrouver l'équipe de France, annonce qu'il souhaite revenir en Europe l'été prochain. Ce sera en France ou en Angleterre, mais pas à Toulouse.

Actuellement en vacances en France, avant la reprise de la saison avec les Sharks dans trois semaines, Frédéric Michalak se livre dans les colonnes de L'Equipe de mardi. L'ancien Toulousain, qui souhaite retrouver l'équipe de France, annonce qu'il souhaite revenir en Europe l'été prochain. Ce sera en France ou en Angleterre, mais pas à Toulouse. Alors qu'il sort à peine d'une finale de Currie Cup perdue avec les Sharks face aux Lions (16-42), Frédéric Michalak se projette déjà vers l'avenir. Désireux de retrouver le maillot de l'équipe de France, le demi d'ouverture se voit bien revenir en Europe l'été prochain. "Je suis en contrat avec les Sharks pour le Super 15, explique l'ancien Toulousain dans les colonnes de L'Equipe. Dans trois semaines, je retourne là-bas pour la préparation. Je sais qu'ils aimeraient prolonger mon contrat, mais je veux retourner en Europe l'été prochain. Parce que j'ai vraiment envie de retrouver les Bleus et que c'est plus facile lorsqu'on joue en Europe, notamment en raison du calendrier." Reparti en Afrique du Sud à la fin du mois d'avril dernier, l'ancien Toulousain sait que jouer dans l'hémisphère Sud est loin d'être un avantage quand on vise une place dans le XV de France. "Je ne jouais pas avec Toulouse. Et j'avais pour objectif de retrouver l'équipe de France. J'y ai cru jusqu'au bout, même après la blessure de David Skrela en début de Coupe du monde. Même si j'ai accepté de ne pas être choisi, je crois que si les sélectionneurs avaient voulu savoir où j'en étais, ils auraient pu voir les matches." S'il n'a pas convaincu Lièvremont, il lui faut désormais convaincre Saint-André. Et ça passe donc par l'Europe. Si le projet de revenir est là, Frédéric Michalak ne sait toutefois pas où il va atterrir. "Ce sera en France ou en Angleterre, si ça doit se faire, mais ce ne sera pas à Toulouse, indique celui qui est parti en froid avec son entraîneur de toujours, Guy Novès. Je reste un supporter du Stade, mais j'y ai vécu ce que j'avais à vivre." A 29 ans, l'ancien chouchou d'Ernest-Wallon estime en tout cas être au top de sa forme. "Pour jouer au rugby au haut niveau, il faut s'y consacrer à 100%. Je faisais trop de choses en dehors du rugby. En ce moment, il n'y a que ça qui m'habite, lâche-t-il, en avouant qu'il démarrait une nouvelle carrière. "Il y a un peu de ça. J'aime penser que je peux faire beaucoup mieux."