Miami, la force tranquille

  • A
  • A
Miami, la force tranquille
Partagez sur :

Nouvelle balade pour le Heat et son Big Three. Cette fois, ce sont les Wolves qui en ont fait les frais, Miami l'emportant 129-97 pour signer une quatrième victoire de rang. Avec un Big Three égal à lui-même avec notamment 26 points pour Dwyane Wade et 20 points-12 passes pour LeBron James. Soirée paisible pour les cadors puisque les Lakers et les Celtics ont fait de même, respectivement face aux Grizzlies (124-105) et chez les Pistons (86-109).

Nouvelle balade pour le Heat et son Big Three. Cette fois, ce sont les Wolves qui en ont fait les frais, Miami l'emportant 129-97 pour signer une quatrième victoire de rang. Avec un Big Three égal à lui-même avec notamment 26 points pour Dwyane Wade et 20 points-12 passes pour LeBron James. Soirée paisible pour les cadors puisque les Lakers et les Celtics ont fait de même, respectivement face aux Grizzlies (124-105) et chez les Pistons (86-109). Eu égard au pedigree modeste de l'adversaire, les Wolves traînant au fond de la classe NBA depuis le départ de Kevin Garnett, le Heat et son Big Three ont finalement fait ce qu'ils avaient à faire: enchaîner une quatrième victoire consécutive et continuer à faire oublier le faux départ concédé en ouverture chez les Celtics. Depuis, Miami a certes frappé un grand coup face au rival d'Orlando, mais pour le reste, les victoires décrochées sur les Sixers, les Nets et donc les Wolves obéissent à une implacable logique et c'est même sans surprise que les quatre succès de rang ont été obtenus avec un écart moyen de près de 23 points. Le scénario de la rencontre face à Minnesota l'a d'ailleurs confirmé puisque le sort du match était scellé dès la pause, atteinte avec 16 longueurs d'avance par les Floridiens. Le Heat n'avait dès lors plus qu'à faire gonfler un écart qui allait culminer à 31 unités et pouvait reposer ses trois joueurs vedettes. Auteur d'un réussi 12 sur 17 aux tirs, Dwyane Wade n'avait ainsi eu besoin que de 24 minutes pour inscrire 26 points, une grande première dans sa carrière et LeBron James n'a pas plus forcé en compilant 20 points et 12 passes. Une performance à la passe inédite pour un ailier du Heat à en croire les sites référents en matière de statistiques en tout genre "Je prends juste ce que la défense me donne, analysait après coup le double MVP, D-Wade s'est occupé d'alimenter la marque en première période et quand vous avez un tel joueur en attaque, vous n'avez pas de souci à vous faire pour inscrire des points. J'ai juste essayé d'attirer au maximum la défense car ils sont souvent obligés de défendre à plusieurs sur moi." Et ça n'allait pas être une légère douleur à la jambe qui allait le freiner... A l'inverse Chris Bosh a beau afficher une grande forme physique, le basket ne suit qu'à moitié. Une fois encore, l'intérieur floridien est apparu emprunté et en panne d'adresse, l'ancien Raptor devant au final se contenter de 13 points et 6 rebonds. De quoi se faire doubler par les réservistes locaux Eddie House et James Jones, 17 et 15 points au compteur en à peine 20 minutes ! Les Français Nuit à oublier pour le camp tricolore. Il n'y avait certes que trois Bleus à être finalement concernés par le programme de ce mardi - la rencontre entre les Knicks de Ronny Turiaf et le Magic de Mickael Pietrus ayant finalement été annulée, mais aucun des trois ne peut se réjouir de son sort. Tout du moins sur un plan personnel. Les deux rookies Pape Sy et Kevin Seraphin ont ainsi été cantonnés une nouvelle fois au banc. Sans surprise pour l'ancien Havrais qui a assisté à la nouvelle victoire de ses Hawks face aux Cavaliers 100-88. Avec une pointe de regrets, en revanche, pour son camarade de promotion puisque l'ancien Choletais a été tout récemment activé par son entraîneur Flip Saunders. Tout juste l'ancien Choletais pourra-t-il se réjouir de la première victoire de ses Wizards, arrachée en prolongation 116-115 sur les Sixers. Confortablement installé dans le cinq majeur des Blazers, Nicolas Batum a, lui, été à la peine. Comme la veille à Chicago, l'ancien Manceau a en effet été en manque de réussite face à Milwaukee, Batum terminant la rencontre avec 2 points à 1 sur 5 aux tirs et 3 rebonds en seulement 14 minutes. Portland n'en avait néanmoins pas besoin de plus pour aisément disposer des Bucks 76-90. La statistique John Wall semble bien parti pour répondre aux attentes nées de son statut de numéro un de la dernière draft. Après une première sortie timide face au Magic, Wall avait déjà monté d'un cran, ce week-end, à Atlanta, compilant en vain 28 points et 9 passes. Mais pour son premier match à domicile, le nouveau magicien de Washington a concilié performance statistique de choix et première victoire des Wizards à la clé. Car si les hommes de Flip Saunders ont eu le dernier mot face aux Sixers, l'emportant en prolongation 116-115, ils le doivent bien à leur rookie prodige. Pour son troisième match dans la Ligue, John Wall a en effet frôlé un inédit triple-double, compilant 29 points à 9 sur 16, 13 passes décisives et 9 interceptions (certes contrebalancées par huit pertes de balle). De quoi remporter son duel face à son dauphin à la draft 2010, Evan Turner devant se contenter de 9 points et 6 rebonds. Et productif dans la victoire, Wall n'a pas oublié d'être décisif, délivrant une passe décisive sur le tir primé de Cartier Martin synonyme de prolongation à trois secondes de la fin du temps réglementaire et signant 4 points et 1 interception dans la période décisive.