Metz s'affirme

  • A
  • A
Metz s'affirme
Partagez sur :

En s'imposant sur la pelouse de la nouvelle lanterne rouge, Le Mans, ce samedi sur le score de 1-0, Metz confirme sa belle forme en s'installant à la 4e place de Ligue 2 après cette 7e journée. Les Lorrains se sont encore appuyés sur un Mathieu Duhamel brillant et diablement réaliste. Les Manceaux, au fond du trou, peuvent en prendre de la graine.

En s'imposant sur la pelouse de la nouvelle lanterne rouge ce samedi, Le Mans, sur le score de 1-0, Metz confirme sa belle forme en s'installant à la 4e place de Ligue 2 après cette 7e journée. Les Lorrains se sont encore appuyés sur un Mathieu Duhamel brillant et diablement réaliste. Les Manceaux, au fond du trou, peuvent en prendre de la graine. Un véritable chassé-croisé. Alors que Metz commence à toucher les dividendes de son plan jeunesse difficilement étrenné l'an passé (17e place), Le Mans paye lui au prix fort sa petite moyenne d'âge au sein d'un groupe en reconstruction après l'échec de la saison passée (4e, avec le même nombre de points que Dijon, 3e). Ce samedi, ce match décalé de la 7e journée a confirmé que les Lorrains étaient sur la très bonne voie. Consistants, incisifs et inspirés, ils peuvent surtout disposer d'un bon buteur, une arme indispensable pour qui veut se mêler aux joutes âpres d'un championnat qui parait de plus en plus dense, années après années. Mathieu Duhamel, puisque c'est de lui dont il s'agit, est de ceux qui font la différence entre une équipe qui peut jouer des heures durant dans le vide, sans donner l'impression de marquer, et celle qui plante le coup de poignard quand il le faut. Plutôt dominateur mais privé d'occasions franches en raison d'un manque cruel d'idées et de décalage dans la dernière passe malgré l'activité d'un Fredrik Stromstad irréprochable, Le Mans montre toujours les mêmes failles collectives et surtout individuelles devant, orphelin de Thorstein Helstad, son monsieur but qui l'avait porté l'an passé avant de rejoindre Monaco cet été. Le Mans, c'est le tarif Et Metz a su en profiter à coup d'accélérations ravageuses au sein d'un entrejeu manceau privé des services de Frédéric Thomas. Mahamane Traoré pénètre ainsi plein axe et lance son attaquant Duhamel à l'entrée de la surface. Manquant son contrôle, l'ancien Troyen se retourne dos au but puis prend le meilleur sur Khaled Adenon et Mamadou Doumbia. Profitant d'un contre favorable sur le stoppeur Ivoirien, le buteur messin, légèrement excentré sur la gauche, décoche une petite frappe croisée qui fait mouche en trompant de près Makaridze impuissant (0-1, 64e). Duhamel signe son cinquième but de la saison comme le Clermontois Rivière. Pour un modèle de contre face à une équipe s'échinant à placer des lentes et stériles attaques placées. Les Manceaux tendent timidement de revenir mais les maladresses de ses attaquants prennent encore plus d'ampleur quand Bouby, entré en jeu côté grenat, trouve la barre transversale sur un coup franc brossé laissant un peu plus muet un public du MMArena pensif. Pour lui donner un peu plus de regret, l'Haïtien Belfort loupe même l'immanquable à la 88e en ratant le cadre alors qu'il était parfaitement servi aux six mètres, son plat du pied droit s'envolant dans les tribunes... Metz signe une troisième victoire, sa deuxième à l'extérieur, confirmant ses bonnes dispositions. Les Lorrains, quatrièmes, peuvent rêver d'une belle saison surtout si le duo Duhamel en attaque-Delle dans les buts poursuit sur le même rythme. Le Mans regarde de loin. Derniers, les Sarthois signent une cinquième défaite, toujours sur le même tarif. 1-0, avec un but concédé entre la 50e et la 65e... Ce quart d'heure calamiteux transforme leur match en vilaine habitude qu'ils feraient bien d'oublier. Ils ne peuvent de toute façon plus vraiment descendre plus bas...