Messi savoure son sacre

  • A
  • A
Messi savoure son sacre
Partagez sur :

FOOTBALL - Auteur d'un doublé samedi soir à La Corogne, Lionel Messi a reçu dimanche le Ballon d'Or sur le plateau de Téléfoot.

Auteur d'un doublé samedi soir avec le Barça face à la Corogne (3-1), Lionel Messi était dimanche matin sur le plateau de Téléfoot pour recevoir des mains de Denis Chaumier, directeur de la rédaction de France Football, le Ballon d'Or 2009. Samedi soir, il dégoûtait le public du Deportivo par son talent. Dimanche matin, il enchantait les spectateurs et téléspectateurs de l'émission Téléfoot sur TF1 par sa simplicité et sa gentillesse. Ainsi va Lionel Messi, bourreau des défenses adverses, lutin envoutant balle au pied, jeune homme simple et discret. A 22 ans, "El Enano" (le nain) – jamais surnom n'aura été aussi mal choisi tant le talent de l'intéressé est immense – a reçu, dimanche sur le plateau de l'émission dominicale de la Une, le Ballon d'Or 2009 des mains de Denis Chaumier, directeur de la rédaction de France Football. La plus grande récompense individuelle qu'un footballeur puisse rêver, qui illumine un palmarès déjà impressionnant pour son jeune âge. Là où certains se révèlent tout juste à cet âge, Messi compte en effet déjà deux Ligue des Champions (2006, 2009), une Supercoupe de l'UEFA (2009), trois championnats d'Espagne (2005, 2006 et 2009), trois Supercoupes d'Espagne (2005, 2006, 2009), une Coupe d'Espagne (2009), un titre mondial avec les moins de 20 ans argentins (2005) et un titre olympique avec l'Argentine (2008). Mardi dernier, il est devenu le premier joueur argentin à obtenir le Ballon d'Or, récompense exclusivement attribuée jusqu'en 1995 à des joueurs européens évoluant en Europe et donc refusée à Diego Maradona. Un trophée qu'il a reçu avec ce même sourire timide qui l'accompagne le plus souvent en dehors des terrains mais avec ces yeux ronds d'un gamin le jour de Noël. Une fierté et un bonheur sincères sous les yeux de ses frères réunis au côté du président du FC Barcelone, Joan Laporta. "C'est une reconnaissance de son travail individuel et collectif", appréciait ce dernier. "Nous sommes extrêmement fiers d'avoir un joueur comme Messi, pour ses qualités footballistiques mais aussi humaines." Un compliment que l'on retrouvera dans les hommages rendus par tous, de son premier entraîneur à ses anciens coéquipiers, invités par l'émission à lui adresser un message. "Ça représente beaucoup pour moi"Presque gêné par tant d'attention, Lionel Messi, petit par la taille (1,69m) mais géant par le génie, a fait valoir sa générosité au moment de recevoir sa récompense. "Je dédie ce Ballon d'Or à mes collègues, a-t-il déclaré. Je partage ce Trophée avec eux. Et je suis très heureux d'être le premier Argentin, mais aussi le premier joueur formé au Barça à l'obtenir. Merci à ma famille, mes amis, et surtout mes frères qui sont toujours là pour moi." Et l'Argentin d'ajouter : "C'est beaucoup d'émotions, ça représente beaucoup pour moi. C'est un prix très spécial." Un premier aboutissement pour le gamin de Rosario, arrivé à l'âge de 13 ans à La Masia, le centre d'entraînement du club catalan, après une promesse de contrat signé sur un bout de serviette en papier. Malgré sa petite taille, Messi, nourri aux hormones de croissance par le club, impressionne au point de faire sa première apparition en équipe première à 16 ans puis de marquer son premier but à 17 ans face à Albacete. Depuis, le gamin a bien grandi. "J'ai eu la chance de jouer avec d'immenses joueurs, Eto'o, Ronnie, Deco... Je ne leur serai à jamais reconnaissant pour ce qu'ils m'ont apporté. Ça m'a aidé à grandir, surtout d'un point de vue humain", glisse-t-il. Aujourd'hui, le plus grand joueur de la planète, c'est bien lui. Et le FC Barcelone se réjouit de l'avoir dans ses rangs. Entré en jeu mercredi contre Xerez en seconde période lors du match avancé de la 15e journée, il avait eu le temps d'honorer son Ballon d'Or de quelques gestes de génie dont il a le secret, d'une frappe sur le poteau et d'une passe décisive pour Ibrahimovic. Samedi, il a ouvert le score contre La Corogne sur un mouvement qu'il maîtrise : servi plein axe devant la surface, l'Argentin a pivoté sur lui-même pour tromper Aranzubia du gauche (26e). Après l'égalisation d'Adrian (39e) contre le cours du jeu du Depor, qui n'aura "tiré qu'une fois et demie au but" selon Pep Guardiola, ravi d'avoir retrouvé son équipe à son meilleur niveau, c'est encore lui qui libèrera le Barça de la tête (80e) avant le troisième but d'Ibrahimovic (88e). Un but qui rappelle celui inscrit pour l'éternité en finale de la Ligue des Champions face à Manchester United, moment de grâce qui a compté à l'heure d'en faire le Ballon d'Or avec 240 points d'avance sur Cristiano Ronaldo. Ce dernier était alors sous le maillot des Red Devils. Aujourd'hui au Real, le Portugais, buteur samedi, comme Benzema, contre Almeria (3-2) mais expulsé en fin de match, mesure encore de près la portée du phénomène Messi, qui a permis à son équipe de conserver cinq longueurs d'avance, avec un match en plus, sur la Maison Blanche.