Messi-Ronaldo, les retrouvailles

  • A
  • A
Messi-Ronaldo, les retrouvailles
Partagez sur :

Souvent comparés, parce que l'un joue à Barcelone et l'autre au Real, mais aussi parce qu'ils appartiennent à la caste des très grands, Lionel Messi et Cristiano Ronaldo se retrouvent pour la première fois mercredi lors d'une rencontre internationale dans le cadre du match amical entre l'Argentine et le Portugal. L'occasion de revoir les deux prodiges face à face, un peu plus de deux mois après l'humiliation subie par le Portugais lors du Clasico.

Souvent comparés, parce que l'un joue à Barcelone et l'autre au Real, mais aussi parce qu'ils appartiennent à la caste des très grands, Lionel Messi et Cristiano Ronaldo vont se retrouver pour la première fois mercredi soir lors d'une rencontre internationale dans le cadre du match amical entre l'Argentine et le Portugal. L'occasion de revoir les deux prodiges face à face, un peu plus de deux mois après l'humiliation subie par le Portugais au Camp Nou lors du Clasico. Duels de superstars à Genève. La ville suisse, qui accueille mercredi soir un match amical de gala entre l'Argentine et le Portugal, sera le théâtre d'un duel à distance entre Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, deux vedettes du ballon rond que le public aime comparer. Pas dans le jeu, tant la finesse du premier contraste avec la puissance du second, mais dans l'efficacité et le rendement sur un terrain de football. Au coude à coude dans la course pour devenir "Pichichi" de la saison en Liga, avec 24 réalisations chacun au compteur jusqu'à présent, le Barcelonais et le Madrilène ne se sont jamais croisés sous les couleurs de leur sélection, et pour cause, l'Albiceleste et la Selecçao ne se sont plus rencontrées depuis 1972, et un succès du Portugal à Rio de Janeiro (3-1). Messi-Ronaldo, quel est le meilleur ? Si le Lusitanien avait raflé les suffrages pour le Ballon d'Or 2008, son successeur au palmarès ces deux dernières années a, depuis, pris l'avantage. Reste que l'un comme l'autre, si forts en club, partagent la caractéristique de ne pas être aussi décisifs avec leur sélection nationale. La dernière Coupe du monde en Afrique du sud a encore mis en exergue cet état de fait. Pour le nouveau sélectionneur argentin, Sergio Batista, interrogé lundi en conférence de presse, sa petite pépite demeure toutefois ce qui se fait de mieux aujourd'hui: "Ce sont deux grands joueurs et on ne doit pas faire de comparaisons, car ils sont différents, précise-t-il en préambule. Messi est très habile, talentueux et il a un pied gauche phénoménal. Ronaldo a un grand pouvoir d'explosion et est très puissant. Messi est le meilleur du monde, mais les deux sont sur le podium", ajoute-t-il cependant. Villa: "On ne peut le comparer (Messi) avec aucun autre footballeur" Pas sûr cependant, qu'à la même question, son homologue Paulo Bento n'apporte la même réponse. Mais Ronaldo, double buteur le week-end dernier face à la Sociedad quand Messi réussissait un... triplé devant l'Atletico Madrid, aura forcément en tête mercredi sa dernière rencontre avec l'Argentin. Une humiliation subie avec le Real sur la pelouse du Camp Nou (0-5), le 29 novembre dernier lors du Clasico. Un match au cours duquel "CR7" était passé au travers, comme le reste de son équipe, quand le lutin des Blaugranas s'amusait avec la défense du Real. Une défaite qui a laissé des traces dans les esprits madrilènes et, avec, beaucoup d'espoirs de dépasser les Catalans cette saison. A Genève, les deux prodiges se mesurent donc de nouveau, dans un contexte complètement différent, au sein d'équipes qui ont déçu en Afrique du sud lors du Mondial. Interrogé par le quotidien Marca, David Villa, coéquipier de Messi depuis l'été dernier en Catalogne, a répondu ainsi à la question de savoir lequel de l'Argentin et du Portugais était le meilleur: "C'est Messi le plus fort. On ne peut le comparer avec aucun autre footballeur. C'est le meilleur joueur que j'ai croisé dans ma vie". Mercredi soir, les deux phénomènes seront encore épiés, leur jeu décortiqué, l'intérêt de leur duel à distance passant même devant cette alléchante affiche, amicale certes mais néanmoins prise très au sérieux pas ces deux pays en quête de rachat.