Message reçu pour les Experts

  • A
  • A
Message reçu pour les Experts
Partagez sur :

Deux jours après un succès étriqué à Liévin (29-28), les champions du monde français ont rectifié le tir ce samedi à Montpellier. Pour ce France-Serbie amical acte II, Claude Onesta a été entendu par ses joueurs qui ont fait preuve de plus d'agressivité pour s'imposer 37-30, dans l'Arena héraultaise.

Deux jours après un succès étriqué à Liévin (29-28), les champions du monde français ont rectifié le tir ce samedi à Montpellier. Pour ce France-Serbie amical acte II, Claude Onesta a été entendu par ses joueurs qui ont fait preuve de plus d'agressivité pour s'imposer 37-30, dans l'Arena héraultaise. "J'attends un match plus complet, mieux maîtrisé que celui de jeudi". Les espoirs du sélectionneur Claude Onesta, exprimés quelques secondes avant la rencontre devant la caméra de Canal +, ont été suivie comme il le souhaitait. 48 heures après une pénible victoire obtenue à Liévin grâce à un coup franc de Karabatic bonifié dans l'ultime seconde de la partie (29-28), les champions du monde ont resserré les rangs face au pays organisateur du prochain championnat d'Europe. Plus concentré que lors du premier acte, les Français l'ont logiquement emporté 37-30. "Aujourd'hui, on a fait un match plus sérieux et on a mis les ingrédients pour faire le spectacle et être efficace. On a su élever notre niveau de jeu", se satisfaisait le capitaine Fernandez sur la chaîne cryptée. Sans William Accambray, victime d'une déchirure intercostale et donc privé de son public de l'Arena ce samedi, les Experts ont dû patienter en première période avant de creuser un premier écart (13-10, 21e puis 15-12, 24e). La faute à des Serbes emmenés notamment par Vujin ou Nikcevic bien inspirés en début de rencontre. Bingo en contre puis Abalo corsaient ensuite un peu l'addition, 17-12 (26e), avant que la France vire en tête à la pause, 19-15. Au retour des vestiaires, Karaboué suppléait Omeyer. Le Toulousain avait moins de travail que l'Alsacien, preuve d'un début de seconde période nettement à l'avantage des Tricolores. Le jeu serbe s'effritait sous l'intensité de la défense et des contres express adverses, au point que Dinard se permettait de participer au bal en portant à +8 l'écart entre les deux équipes (25-17, 38e). Quant à Guillaume Joly, il continuait son sans faute au jet de sept mètres (26-18, 38e). Une performance stoppée net hélas à cause d'une déchirure à une cuisse contractée dans la foulée ou presque. Honrubia et Accambray dans la famille Avec une équipe mixte dans cette seconde période, les champions du monde démontraient une nouvelle fois la richesse de leur groupe. Karaboué sortait deux énormes parades en moins d'une minute pour maintenir les siens dans le rythme (29-22, 37e) avant un contre d'Abalo et de Fernandez (31-22, 38e). Comme l'avait demandé Onesta au temps mort précédent, les Bleus ont insisté sur le secteur défensif pour "tuer" le match. Largués au tableau d'affichage, les coéquipiers de Bojinovic, dont le bras est encore diablement efficace, ne se faisaient effectivement plus guère d'illusion. L'heure alors de voir Dumoulin, numéro trois des gardiens français derrière Omeyer et Karaboué, à l'oeuvre. Malheureusement pour lui, les ex-Yougoslaves ne lâchaient rien (26-33, 53e) et il n'eut pas vraiment l'occasion de montrer ses qualités. Pas de quoi déstabiliser évidemment Paty, Bosquet et compagnie qui bouclaient l'affaire sans trembler (37-30). Après la rencontre, il était temps de bizuter les locaux Honrubia et Accambray. Lunettes noires sur le nez et perruques colorés sur la tête, les Montpelliérains reprenaient en duo le Final countdown au milieu du parquet de l'Arena. Les traditions chez nos handballeurs ne se perdent pas et quand on voit leurs résultats, qu'ils ne les perdent surtout pas.