Mesnil en argent, Lavillenie en bronze

  • A
  • A
Mesnil en argent, Lavillenie en bronze
Partagez sur :

Le concours du saut à la perche des championnats du monde a tenu toutes ses promesses samedi à Berlin. Longtemps en course pour la médaille d'or, les Français Romain Mesnil et Renaud Lavillenie ont finalement dû se contenter de l'argent et du bronze derrière l'Australien Steve Hooker, qui, malgré une blessure aux adducteurs, est parvenu à franchir 5,90 m.

Le concours du saut à la perche des championnats du monde a tenu toutes ses promesses samedi à Berlin. Longtemps en course pour la médaille d'or, les Français Romain Mesnil et Renaud Lavillenie ont finalement dû se contenter de l'argent et du bronze derrière l'Australien Steve Hooker, qui, malgré une blessure aux adducteurs, est parvenu à franchir 5,90 m. C'est un sacré coup de poker qu'a tenté et réussi Steve Hooker. L'Australien, blessé à l'adducteur droit, a oublié la douleur pour décrocher le premier titre de champion du monde de sa carrière ce samedi au Stade Olympique de Berlin. Le champion olympique en titre a été le seul perchiste à franchir une barre à 5,90 mètres, privant ainsi la France d'un fantastique doublé. En effet, Romain Mesnil et Renaud Lavillenie, longtemps en tête du concours avant l'entrée en lice de Hooker, ont complété le podium grâce à des sauts respectifs à 5,85 m et 5,80 m.En seulement deux tentatives, Hooker a décroché les étoiles comme à Pékin l'été dernier. Alors que tous les autres concurrents entamaient leur concours à 5,50 mètres, lui avait décidé de faire l'impasse. Sûr de sa force ? Ou pari fou ? Un peu des deux. Mais lorsqu'il manqua d'un cheveu son premier saut à 5,85 mètres, on se dit alors que l'exploit était largement à sa portée. Une impression confirmée quelques minutes plus tard lorsque l'Australien franchissait allègrement une barre placée à 5,90 mètres. A genoux sur le matelas, en larmes, Hooker réalisait alors l'insoupçonnable.Mesnil: "Renaud m'a mis une énorme pression cette année"Et ce coup d'éclat de grand champion a relégué aux rangs de faire-valoir les deux Tricolores qui avaient pourtant parfaitement géré leur concours. Si Renaud Lavillenie, meilleur performer mondial de la saison en plein air avec un saut à 6,01 mètres à Leiria au Portugal en juin dernier, était attendu à ce niveau de la compétition, la pression d'un premier rendez-vous planétaire a sans doute pesé sur ses épaules. Le Charentais a même failli sortir par la petite porte lorsqu'il passa de justesse 5,75 mètres. La barre vacilla mais resta finalement dans les taquets. Le plus régulier dans l'histoire, c'était bien Romain Mesnil. L'Albigeois, déjà deuxième à Osaka il y a deux ans derrière Brad Walker, s'est finalement arrêté à 5,85 mètres, ratant une fois 5,90 et deux fois 5,95."Je reste sur ma faim, ma carrière est plus près de la fin que du début. Je n'ai pas le même plaisir qu'il y a deux ans, mais je savoure quand même cette médaille d'argent. Renaud m'a mis une énorme pression cette année en passant 6,01. Je suis aussi passé par des moments difficiles, mais l'amusement a pris le dessus", a déclaré Mesnil au micro de France Télévisions. De son côté, Lavillenie se satisfaisait du bronze: "C'est énorme pour un premier Championnat du monde. J'étais venu chercher une médaille, le reste c'est que du bonus."