Merritt n'en a pas

  • A
  • A
Merritt n'en a pas
@ Reuters
Partagez sur :

ATHLÉTISME - Le champion olympique du 400m a été contrôlé positif à la DHEA.

ATHLÉTISME - Le champion olympique du 400m a été contrôlé positif à la DHEA. Tricherie ou erreur stupide ? Voilà une question à laquelle la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) aidée par la justice américaine devra répondre. Elle concerne LaShawn Merritt, l'une des stars montantes de l'athlétisme américaine, lequel a été contrôlé positif à trois reprises entre octobre et janvier dernier à la DHEA, une hormone stéroïdienne. Le champion olympique du 400 mètres à Pékin, distance sur laquelle il avait également décroché la médaille d'or avec ses copains du relais US, pourrait bien en payer le prix fort, à savoir une suspension classique dans pareil cas de deux ans. Merritt n'a jusqu'alors absolument pas remis en cause la positivité de ses tests, acceptant une suspension à titre provisoire, mais a expliqué ne pas avoir eu recours à ce produit pour améliorer ses performances sportives mais plutôt sexuelles ! Par la voix de son avocat, Howard Jacobs, l'Américain a reconnu que son contrôle positif "résulte de l'utilisation d'un produit destiné à agrandir le pénis." Une utilisation qui daterait de la fin de la saison dernière. Merritt: "Toute sanction ne sera rien comparée à la honte" Informé de cette affaire depuis le mois de mars, Merritt accuse véritablement le coup. "Savoir que j'ai été contrôlé positif à un produit que j'ai utilisé pour des raisons personnelles est très difficile à accepter, concède-t-il. J'espère que mes sponsors, ma famille, mes amis et mon sport me pardonneront d'avoir commis une erreur si bête, immature et égoïste. Toute sanction que je pourrais recevoir ne sera rien comparée à la honte et à l'humiliation que je ressens intérieurement." Dès à présent, le double champion olympique, mais aussi du monde à Berlin l'été dernier, peut s'attendre à ne plus courir pendant un long moment. Sa version des faits, même si elle venait à convaincre les autorités de l'antidopage, aura du mal à le blanchir puisqu'il s'est de toute façon rendu coupable de négligeance. Sans Merritt, Jeremy Wariner, son grand rival sur le tour de piste, pourrait bien retrouver son trône.