Menchov, le Giro pour se consoler

  • A
  • A
Menchov, le Giro pour se consoler
Partagez sur :

Si tous les regards seront probablement tournés vers Alberto Contador, Denis Menchov n'en sera pas moins un homme à surveiller sur les routes du Tour d'Italie, qui s'élance samedi de Turin. Le Russe, qui rêvait de Tour de France, dont sa formation Geox a été privée, a fait du Giro la priorité de sa saison. Avec Sastre à ses côtés, le vainqueur de l'édition 2009 a le profil pour le podium, voire mieux.

Si tous les regards seront probablement tournés vers Alberto Contador, Denis Menchov n'en sera pas moins un homme à surveiller sur les routes du Tour d'Italie, qui s'élance samedi de Turin. Le Russe, qui rêvait de Tour de France, dont sa formation Geox a été privée, a fait du Giro la priorité de sa saison. Avec Sastre à ses côtés, le vainqueur de l'édition 2009 a le profil pour le podium, voire mieux. On l'a annoncé l'été dernier chez Astana ou chez Katusha. Il a finalement été séduit par le discours de Mauro Gianetti et s'est engagé avec l'équipe Geox. Probablement que, le 20 janvier dernier, Denis Menchov a regretté ce choix. Ce jour-là, la formation espagnole, descendante de la Footon-Servetto et reléguée en deuxième division par l'UCI pour la saison 2011, s'est vu refermer les portes du Tour de France (*), malgré la présence dans ses rangs du 3e de l'édition 2010, Menchov, et d'un ancien vainqueur de la Grande Boucle, Carlos Sastre. Un coup dur, au moins autant pour le coureur russe, que pour son équipe. Lui qui rêvait de batailler à nouveau avec Alberto Contador et Andy Schleck sur les routes françaises en juillet, et qui envisageait d'axer sa saison là-dessus, n'aura d'autre choix que de trouver un nouveau terrain de jeu. Ou une nouvelle équipe. La rumeur a rapidement envoyé Menchov chez Astana, encore, ou chez Saxo Bank, en cas de suspension prolongée de Contador. Finalement, c'est bien sous les couleurs espagnoles que l'ancien leader de la Rabobank terminera la saison, avec des objectifs clairement établis. Avec Sastre comme équipier de luxe Menchov, c'est une évidence, a toujours été un homme de Grands Tours. Il en gagne un tous les deux ans et le dernier remonte d'ailleurs à 2009. Sur son palmarès, aux côtés de ses deux Vuelta (2005, 2007) et de son Giro (2009) ne trônent guère qu'un Tour de Murcie (2009) et un Tour du Pays Basque, qui remonte déjà à 2004. Cette saison, il ne fera pas vraiment dans l'original en visant la gagne sur la Vuelta et surtout sur le Giro, son principal objectif, où il croisera d'ailleurs un certain Contador... Comme à son habitude, le Russe s'est montré plutôt discret jusqu'à présent, sur le Tour de Catalogne (111e) et récemment sur le Tour de Romandie (14e). Selon Carlos Sastre, qui jouera les équipiers de luxe pour Menchov, il ne faut pas s'en inquiéter. "Je sais qu'il s'est bien préparé et sera prêt pour le départ donc je peux être plus calme et me concentrer sur ma propre préparation", déclarait il y a peu l'Espagnol. En Romandie, s'il ne s'est classé que 43e du contre-la-montre, Menchov était avec les meilleurs dans les bosses, une composante ô combien déterminante pour briller sur un Giro plus montagneux que jamais, avec pas moins de sept arrivées au sommet et un contre-la-montre en côte. Du jamais-vu dans un grand Tour. En stage dans les Dolomites Geox ne s'y est d'ailleurs pas trompé en composant autour de Menchov et Sastre une équipe de grimpeurs, avec Cheula, Duarte, Blanco ou encore Valls. Tout ce petit monde était réuni en stage la semaine passée dans les Dolomites, là où se jouera probablement une bonne partie de la course. "La façon dont vous vous comportez durant ces stages peut vous faire gagner ou perdre le Giro", estime Mauro Gianetti. Menchov, lui, a pu mesurer les difficultés qui attendaient les participants du 94e Tour d'Italie. Le Russe a notamment reconnu le parcours de la 14e étape, où le peloton devra franchir les terribles Crostis et Zoncolan. "Nous connaissons tous la difficulté du Zoncolan, mais je pense que le Crostis sera lui aussi exténuant. Je ne le connaissais pas, et je voulais vraiment le voir avant le Giro", a-t-il expliqué. Quoi qu'il en soit, Menchov saura rapidement s'il sera en mesure de lutter avec Contador, mais aussi avec Nibali, Scarponi ou Kreuziger. D'abord après le chrono par équipes inaugural, samedi, où Geox ne parait pas être la formation la mieux armée. Et puis, dès les premières étapes de montagne, qui arriveront la première semaine. Parce qu'avec Menchov, c'est la roulette russe, tout l'un ou tout l'autre. Soit il joue le podium, soit il passe au travers, comme sur le Tour 2009 (51e) ou la Vuelta 2010 (41e). Faites-vos jeux. (*) ASO a préféré accorder les quatre invitations à des équipes françaises: FDJ, Cofidis, Europcar et Saur-Sojasun.