Melo démarre fort !

  • A
  • A
Melo démarre fort !
Partagez sur :

Première réussie pour Carmelo Anthony ! Pour ses grands débuts sous les couleurs new-yorkaises, l'ancien Nugget a en effet compilé 27 points et 10 rebonds et inscrit deux paniers décisifs en fin de match pour permettre aux Knicks de l'emporter 114-108 face aux Bucks. Si Tony Parker et Kobe Bryant ont également été à la fête, Joakim Noah a été moins en réussite pour son retour avec les Bulls.

Première réussie pour Carmelo Anthony ! Pour ses grands débuts sous les couleurs new-yorkaises, l'ancien Nugget a en effet compilé 27 points et 10 rebonds et inscrit deux paniers décisifs en fin de match pour permettre aux Knicks de l'emporter 114-108 face aux Bucks. Si Tony Parker et Kobe Bryant ont également été à la fête, Joakim Noah a été moins en réussite pour son retour avec les Bulls. Le match de la nuit Autant son arrivée chez les Knicks a le plus souvent viré au feuilleton sans fin, autant son intégration a été des plus rapides... Si six mois ont été nécessaires pour boucler un échange XXL permettant à Carmelo Anthony de passer des Nuggets aux Knicks tout en prolongeant pour trois ans et 65 millions de dollars, l'ancienne icône du Colorado n'a eu besoin que d'un match pour enflammer ses nouveaux fans. Et son entraîneur Mike D'Antoni par la même occasion. "C'est une performance ordinaire pour lui. Et c'est sans doute le plus beau compliment qu'on puisse le faire, analysait après coup l'entraîneur des Knicks, vous le mettez sur n'importe quel terrain n'importe quel playground et il vous sort 27 points et 10 rebonds pour commencer. C'est vraiment très fort." Et plus encore que ses 27 points - Melo ayant en effet terminé avec un modeste 10 sur 25 aux tirs, ce sont bien ses deux paniers inscrits dans les ultimes secondes qui ont comblé d'aise le Madison Square Garden. Amare Stoudemire exclu pour six fautes et les Bucks encore au contact, c'est en effet Anthony qui assurait la victoire new yorkaise en enchaînant dunk ligne de fond et tir à mi-distance à l'horloge des 24 secondes. Du grand art. "Je ne pouvais imaginer meilleurs débuts ici, pouvait bien reconnaître le héros de la soirée, j'ai toujours été à l'aise au Madison (il y tournait à 30,4 points de moyenne sous le maillot des Nuggets) et démarrer par une victoire fait vraiment plaisir. Il va nous falloir un peu de temps pour trouver nos automatismes, mais on a de quoi bien faire." Et ce d'autant plus si Chauncey Billups retrouve une seconde jeunesse à New York. Alors que l'ancien maître à jouer des Pistons champions en 2004 semblait désormais presque en pré-retraite à Denver, Billups a en effet débuté sa carrière chez les Knicks par 21 points, 8 passes et 6 rebonds ! La performance statistique du jour est néanmoins à mettre à l'actif d'un réserviste new yorkais. Cela ne suffira pas à convaincre ceux qui doutent de la profondeur de banc des Knicks depuis l'échange envoyant notamment Raymond Felton, Danilo Gallinari et Wilson Chandler à Denver, mais Toney Douglas a failli voler la vedette aux nouveaux arrivants en signant un 10 sur 12 aux tirs pour 23 points. Les Français de la nuit Si ce n'est Pape Sy, qui fait ses gammes en NBDL, les Bleus sont désormais au complet. Pour la première fois de la saison, l'infirmerie tricolore est en effet enfin vide. Après Rodrigue Beaubois, la semaine dernière, c'est en effet Joakim Noah qui a fait son retour sur les parquets de la Ligue, deux mois après avoir dû passer par la case bloc opératoire pour soigner une blessure au pouce de la main gauche. Retour perdant pour l'intérieur tricolore puisque les Bulls sont allés perdre à Toronto 118-113. L'ancien Gator n'a pourtant pas démérité pour cette rentrée: s'il s'est montré discret en attaque avec 7 points à 3 sur 7 aux tirs, Noah a en effet repris ses bonnes habitudes au rebond avec 16 prises en 25 minutes. Le temps de brièvement croiser Alexis Ajinça sous les couleurs canadiennes, le Français des Raptors ayant droit à 8 minutes de jeu pour 4 points à 2 sur 3 aux tirs et 2 rebonds. Autre Bleu qui n'a fait que passer ce mercredi, Kevin Seraphin a été encore plus discret avec 1 rebond et 1 passe en 10 minutes, l'ancien Choletais en étant quitte pour une énième défaite avec ses Wizards, battus 117-94 chez les Sixers. Pour en finir avec les battus de la nuit, Nicolas Batum a, lui, été bien plus prolifique avec ses 22 points à 7 sur 16 et 4 passes en 44 minutes, mais si les Blazers ont fait la course en tête face aux Lakers, ce sont bien les champions en titre qui ont eu le dernier mot, l'emportant 101-106 en prolongation. Au rayon vainqueurs, Ronny Turiaf a donc profité de l'arrivée de Carmelo Anthony, et surtout du départ de Mozgov, pour retrouver sa place dans le cinq majeur des Knicks. A défaut d'un temps de jeu plus conséquent, le Martiniquais n'affichant en effet que 20 minutes de présence pour 6 points à 3 sur 3 aux tirs, 5 rebonds, 1 passe et 1 contre. Egalement titulaire avec les Mavs, Rodrigue Beaubois a eu droit à 22 minutes de jeu pour le troisième match de sa saison. Alors que Dallas a déroulé pour s'imposer 118-99 face à Utah, l'ancien Choletais y a été de ses 10 points à 4 sur 6 aux tirs et 4 passes. Plus maladroit, Mickael Pietrus, est sorti du banc pour inscrire 11 points à 3 sur 10 en 18 minutes avec les Suns, Phoenix reprenant par un succès 105-97 face aux Hawks. Enfin, le meilleur pour la fin: Tony Parker a, lui, été le premier artisan du nouveau succès des Spurs face au Thunder. Le meneur français a non seulement été le meilleur marqueur texan avec 20 points à 6 sur 14 aux tirs, 5 rebonds et 3 passes, mais il a également inscrit un panier crucial dans les ultimes secondes pour permettre à San Antonio de l'emporter 109-105 face à Oklahoma City. Les chiffres de la nuit 44. Une fois n'est pas coutume, Kevin Love a ménagé le suspense pour décrocher son 44e double-double consécutif, une performance jamais vue depuis Moses Malone lors de la saison 1982-83. Finalement auteur de 15 points et 11 rebonds, l'intérieur des Wolves n'a en effet décroché son dixième rebond qu'à trois minutes de la fin du match. Il en aurait fallu plus pour éviter une nouvelle défaite à Minnesota, les Grizzlies venant s'imposer 95-104 à Minneapolis avec notamment 24 points-10 rebonds de Zach Randolph. 28. Les Sixers s'accrochent à leurs espoirs de playoffs. Alors que le dernier tiers de la saison régulière reste à jouer, la franchise de Pennsylvanie a d'ores et déjà fait aussi bien que la saison dernière en décrochant, face aux Wizards, une 28e victoire (contre 29 défaites). Une performance d'autant plus remarquable que les Sixers avaient démarré la saison avec seulement 3 victoires sur leurs 16 premiers matches ! Vainqueurs 117-94 des cancres de Washington avec notamment 18 points-10 rebonds de Thadeus Young et 20 points de Jrue Holiday, les Sixers pointent actuellement à la 7e place avec trois succès d'avance sur Charlotte, 9e.