Médard, après les mots

  • A
  • A
Médard, après les mots
Partagez sur :

Cible des mots très durs d'un Marc Lièvremont à la mi-temps de la demi-finale face au Pays de Galles, Maxime Médard sait qu'il est passé à côté de son match qu'il a joué contre nature en abusant du jeu au pied. Dimanche, face aux All Blacks, en finale, les Bleus auront besoin d'un arrière entreprenant et de retour à son meilleur niveau. Le Toulousain n'annonce pas autre chose...

Cible des mots très durs d'un Marc Lièvremont à la mi-temps de la demi-finale face au Pays de Galles, Maxime Médard sait qu'il est passé à côté de son match qu'il a joué contre nature en abusant du jeu au pied. Dimanche, face aux All Blacks, en finale, les Bleus auront besoin d'un arrière entreprenant et de retour à son meilleur niveau. Le Toulousain n'annonce pas autre chose... "On va voir, on va en tout cas tâcher de ne pas faire n'importe quoi." D'un sourire entendu, Maxime Médard, en annonçant ses intentions pour cette finale de Coupe du monde face aux All Blacks, confirme ce que tout le monde n'a pu que constater: face aux Gallois, l'arrière des Bleus s'est fourvoyé, fournissant ce qui ressemble fort à sa pire prestation en vingt-sept sélections. Apparu tel qu'en lui-même et si entreprenant en quarts de finale face à l'Angleterre, avec un essai personnel à la clé, le Tricolore n'a non seulement pas su confirmer, à l'image après tout de toute une équipe, mais il a surtout déconcerté, pour ne pas dire plus, par son absence d'intentions, tombant dans la caricature, plus proche d'un arrière anglais des années 80 que du style flamboyant toulousain. A ce point méconnaissable que Médard a fait l'objet dans le vestiaire, à la mi-temps, d'une sévère mise au point de la part de Marc Lièvremont, suffisamment appuyée pour qu'un autre joueur intervienne afin de calmer le jeu et indiquer que le message était bien passé auprès du jeune joueur âgé de 24 ans. Un épisode sur lequel Médard est revenu ce mercredi, en conférence de presse, à l'évidence soucieux de se reprendre dimanche face aux All Blacks: "Je pense à la finale; ce qui s'est passé avant n'est pas grave ; c'est aussi le rôle de l'entraîneur de me dire ce qu'il pense." Médard: "Si on doit gagner la finale comme ça, ce n'est pas grave..." Sans doute un peu plus encore que ses coéquipiers, l'arrière tricolore sera animé dimanche, sur la pelouse de l'Eden Park, d'un esprit de revanche envers lui-même tout d'abord, mais aussi envers ses coéquipiers et son coach, qu'il sait avoir déçu. Sans oublier son père, dont il se plaît à dire qu'il lui impose "une forme de pression encore plus forte que les Blacks.". Médard est conscient de sa faillite face aux Gallois: "C'est sûr que cette demi-finale face aux Gallois, c'était un peu compliqué, surtout pour moi à l'arrière, j'ai eu du mal à rentrer dans le match et à mettre mon équipe en avant, convient-il, lucide sur sa performance. C'est sûr qu'après, j'ai tapé beaucoup de ballons et ce n'est pas forcément ce que j'aime ; j'ai sans doute tapé pour tout le restant de la saison." Pas vraiment en effet l'ambition dans le jeu, ni la marque toulousaine. Celle-là même que Médard revendiquait lui-même en début de compétition en constatant, frustré par ses premières sorties, que le jeu français n'allait pas dans ce sens. "Ce qui me dérange surtout, c'est d'avoir peur de jouer, déclarait-il justement avant d'affronter les Blacks en phase de poule. A nous d'avoir moins peur. Quand tu regardes les autres matches, toutes les équipes relancent de leurs propres 22 mètres, toutes les équipes s'amusent, se font plaisir, il n'y a que nous qui restons timides et on a du mal à mettre notre jeu en place. C'est frustrant." Des convictions qui n'auront pas résisté au parcours en dents de scie de cette équipe de France contrainte de revenir à l'essentiel. Au point d'entendre aujourd'hui le n°15 s'exprimer ainsi: "Mais ce match, on l'a gagné et tant mieux. Et si on doit gagner la finale comme ça, ce n'est pas grave. Je vais essayer de me faire plaisir avant tout et surtout faire avancer mon équipe." Pourvu que l'un n'empêche pas l'autre.