McLaren veut devenir roi

  • A
  • A
McLaren veut devenir roi
Partagez sur :

Cette saison, il faudra (encore) compter sur McLaren. L'écurie anglaise, victorieuse du dernier Grand Prix de Chine, monte doucement en puissance. S'ils gagnent la bataille des pneus lors du Grand Prix de Turquie, dimanche, Lewis Hamilton et Jenson Button pourraient bien faire de l'ombre aux Red Bull. Tout en gardant leurs distances avec les Ferrari, les Mercedes ou les Renault.

Cette saison, il faudra (encore) compter sur McLaren. L'écurie anglaise, victorieuse du dernier Grand Prix de Chine, monte doucement en puissance. S'ils gagnent la bataille des pneus lors du Grand Prix de Turquie, dimanche, Lewis Hamilton et Jenson Button pourraient bien faire de l'ombre aux Red Bull. Tout en gardant leurs distances avec les Ferrari, les Mercedes ou les Renault. "Après les premières courses, les gens ont dit que ça allait être une promenade de santé pour Sebastian (Vettel) et Red Bull [...] Mais ces dernières années, McLaren, en particulier, a commencé avec du retard avant d'élever son niveau de jeu très fort et très rapidement." Sur la chaîne allemande RTL, Nick Heidfeld, le pilote Lotus Renault, résumait bien la situation du championnat de Formule 1 2011 au terme des trois premiers Grands Prix. Après des débuts canons en Australie et en Malaisie, Vettel et Red Bull ont marqué le pas en Chine, devancés par Hamilton et McLaren. De quoi relancer le suspense avant le Grand Prix de Turquie, dimanche. "Ces trois semaines de break nous ont donné l'opportunité de réfléchir sur ce qui a été et ce qui a cloché, notait Phil Prew, l'ingénieur principal de l'écurie britannique, sur le site officiel de la F1. Nous n'avons pas la voiture la plus rapide pour le moment et Red Bull est toujours l'équipe dont on souhaite se rapprocher. Nous avons pour but d'améliorer les performances de notre voiture en qualifications comme en course." Prew: "Combler l'écart avec les Red Bull" Dans cette optique, la gestion des pneus s'annonce primordiale. "Je pense que les pilotes feront attention aux pneus tout au long de la course, en particulier au virage 8", estimait Lewis Hamilton, vainqueur à Istanbul Park l'an passé et grand fan du tracé. "Je pense que ce n'est pas exagéré de dire que les pneus vont déterminer chaque stratégie d'équipe", insistait son coéquipier Jenson Button. C'est donc là que McLaren pourrait faire la différence face aux Red Bull. "Je pense que nous avons entre trois dixièmes et une demi-seconde de retard au tour sur le rythme des Red Bull, estime Phil Prew. C'est un écart que nous cherchons à combler." Et pourquoi pas dès ce week-end ? Mais si McLaren veut jouer les toreros, il lui faudra aussi se méfier de ses poursuivants. "Nous devons rattraper les Red Bull, mais aussi garder un oeil sur les voitures derrière, comme Ferrari, Mercedes ou Renault, qui ont montré un bon rythme également, rappelle Prew. Nous ne sous-estimons jamais les performances de Ferrari, et nous sommes conscients qu'ils peuvent s'améliorer de manière fulgurante dès qu'ils auront tiré tout le potentiel de leur voiture." Un peu comme McLaren, que personne, surtout pas Nick Heidfeld, ne s'aventure à sous-estimer: "S'ils ont le rythme de développement qu'ils ont eu les années précédentes, ils seront un concurrent sérieux."