McLaren ne veut pas s'arrêter

  • A
  • A
McLaren ne veut pas s'arrêter
@ Reuters
Partagez sur :

F1 - Après deux doublés au Canada et en Turquie, Mc Laren veut continuer lors du GP d'Europe.

F1 - Après deux doublés au Canada et en Turquie, Mc Laren veut continuer lors du GP d'Europe.Deux doublés consécutifs, en Turquie et au Canada. Deux pilotes, les deux derniers champions du monde, en pleine confiance. C'est peu dire que McLaren s'avance avec fière allure pour ce Grand Prix d'Europe, le troisième sur le circuit urbain de Valence. En position de force au championnat du monde désormais, les Flèches d'argent n'ont évidemment d'autre ambition que de prolonger cette série victorieuse. "J'ai vraiment hâte de courir à Valence, explique ainsi Lewis Hamilton, parti en pole ici-même il y a un an avant de voir ses chances réduites à néant après un arrêt au stand mal négocié. J'avais réalisé une bonne course d'attaque l'an passé mais je n'avais fini que deuxième lors des deux dernières saisons. J'ai donc l'impression de ne pas avoir fini le travail." Plus qu'une première victoire à Valence, McLaren pourrait également briguer un historique troisième doublé de rang, un exploit déjà réalisé par un autre attelage de (futurs) champions du monde, Alain Prost et Ayrton Senna en 1988. Voilà qui pourrait de nouveau inspirer le patron de l'écurie de Woking, Martin Whitmarsh, lequel s'était permis quelques envolées lyriques après les deux succès de sa paire britannique, au moment du 40e anniversaire de la disparition de Bruce McLaren...Au sujet de la course, Whitmarsh est évidemment optimiste, vantant les mérites d'une MP4-25 en constante progression. Plus mesuré, Hamilton promet, lui, une grosse bataille. "Ce n'est pas un circuit où l'on a vu beaucoup de dépassements par le passé mais ça pourrait être différent cette année: la grille est très serrée. Il y a eu des batailles tout le long la semaine dernière à Montréal. Je pense qu'on pourrait assister à une course serrée et excitante." Où les McLaren partiront grandement favorites...Alonso veut au moins un podiumQui peut se dresser contre la supériorité naissante (mais bien réelle) des Flèches d'argent ? Parties pour tout rafler cette saison, les Red Bull accusent le coup depuis deux manches. A Montréal, l'écurie autrichienne a laissé échapper pour la première fois de la saison la pole et l'Australien Mark Webber a perdu la tête du championnat à l'issue de la course. A tel point que les Red Bull préfèrent maintenant la jouer profil bas. "Je pense que le circuit de Valence correspond aux forces de l'écurie McLaren, il y a une majorité de lignes droites ici", estime même Christian Horner, patron de l'écurie autrichienne, comme pour mieux surprendre tout le monde.Un qui ne peut en revanche pas se cacher, c'est Fernando Alonso. Sur le podium au Canada, l'Espagnol, deuxième de "son" Grand prix en Catalogne début mai, se permet légitimement de rêver tout haut. "C'est la deuxième course à domicile pour moi après Barcelone. Donc, j'espère bien faire et être sur le podium. Je n'ai jamais été sur le podium à Valence. Ce serait une sensation agréable devant mon public", a assuré le double champion du monde avant d'ajouter : "On pourrait voir une Ferrari compétitive à Valence (...) La configuration du circuit nous correspond assez bien." Autre motif de confiance pour la Scuderia, les améliorations aérodynamiques effectuées sur la F10, qui lui permettrait, selon les rumeurs qui circulent, de gagner une demi-seconde au tour. Interrogé sur le sujet par ESPN, Paddy Lowe, technicien chez McLaren, est apparu tout de suite assez nerveux. "Mathématiquement, il y a de quoi s'inquiéter mais il faudra voir comment cela fonctionne", a-t-il dit. Ce pourrait être, en tout cas, l'une des clés de la course.