McLaren avance masqué

  • A
  • A
McLaren avance masqué
Partagez sur :

Des ambitions, comme toujours à la veille d'une nouvelle saison, McLaren a en à revendre en 2011. La MP4-26 a été conçue pour gagner, pour offrir notamment à Lewis Hamilton et Jenson Button l'opportunité de coiffer une seconde couronne mondiale. Pourtant à ce jour, l'écurie de Woking est dans l'expectative, guère rassurée par de poussifs essais de pré-saison. L'effet de surprise, voilà à quoi s'en remet McLaren à Melbourne.

Des ambitions, comme toujours à la veille d'une nouvelle saison, McLaren a en à revendre en 2011. La MP4-26 a été conçue pour gagner, pour offrir notamment à Lewis Hamilton et Jenson Button l'opportunité de coiffer une seconde couronne mondiale. Pourtant à ce jour, l'écurie de Woking est dans l'expectative, guère rassurée par de poussifs essais de pré-saison. L'effet de surprise, voilà à quoi s'en remet McLaren à Melbourne. Il y a une dizaine de jours, les derniers essais de pré-saison de Barcelone touchaient à leur fin et le bilan n'était pas pour satisfaire Lewis Hamilton. "Ai-je une chance de remporter le championnat du monde avec cette voiture ? Pour le moment, non", concédait dépité le pilote anglais à l'issue d'une séance qui l'avait notamment vu échouer à plus d'une seconde de la Red Bull de Sebastian Vettel. Fidèle à sa mentalité d'ancien champion du monde, l'intéressé ne s'avouait cependant pas vaincu: "Je ne suis jamais du genre à abandonner. Je ne vais pas m'asseoir et dire que le championnat est joué." Particulièrement audacieuses dans la conception d'une MP4-26 présentée en grande pompe début février à Berlin, les équipes de McLaren ont accouché d'une monoplace complexe et riche en innovations. Une machine par définition difficile à développer. Le verdict des essais de Valence, Jerez et Barcelone s'en est fatalement ressenti. Red Bull, Mercedes et Ferrari n'ayant pas manqué de se montrer à leur avantage - parfois - au détriment du team britannique. Un état de fait dont s'accommode Martin Whitmarsh... "Cet hiver, nous nous sommes fixé des objectifs de performance extrêmement ambitieux pour la MP4-26. McLaren est une équipe exigeante et, comme pour chacune de nos voitures, nous avons tendance à pousser le développement à l'extrême", explique le patron de Lewis Hamilton et Jenson Button, demandant ainsi du temps aux détracteurs qui déjà se profilent à l'horizon. "S'il y a des essais, ce n'est pas pour rien", poursuit-il, avant de faire l'état des lieux à la veille du premier Grand Prix de la saison: "Est-ce que je pense que nos performances aux essais sont représentatives de ce que nous allons faire en Australie ? Non. Est-ce que je pense que nous ferons partie des favoris ? Malheureusement, non. Est-ce que je pense que nous pouvons créer la surprise et être compétitifs ? Tout à fait !" Hamilton: "Tout peut arriver lors de la première course" Cette volonté de faire sensation à Melbourne, Lewis Hamilton la partage, lui qui confiait dimanche au Sunday Observer ne pas être "en F1 pour dix ans avec l'intention de (s)e contenter d'un ou deux sacres." Et d'ajouter: "Je veux être l'un des plus grands pilotes de cette génération. Ça fait quatre ans que je suis en F1 et j'ai encore bien des choses à prouver." Pas question donc de cracher dans la soupe. Au lendemain de son blues catalan, le champion du monde 2008 avait déjà retrouvé sa hargne coutumière: "Tout peut arriver lors de la première course, Nous ne pouvons pas nier que les essais ont été plus durs que prévus: nous n'avons pas parcouru autant de kilomètres que nos adversaires et n'avons pas été au niveau des plus rapides. Maintenant, j'ai un bon feeling avec la MP4-26. J'aime la piloter et je pense que nous allons énormément progresser après la course d'ouverture." Plus décevant encore que son coéquipier lors des essais, Jenson Button est moins optimiste dans le verbe, mais s'efforce tout de même de faire bonne figure devant la presse, lui le double tenant du trophée en Australie. "Albert Park est un endroit que j'apprécie. C'est un beau circuit et il s'y passe toujours des choses imprévisibles. [...] Réaliser le triplé là-bas ? Je n'y crois pas mais qui sait... Je ne vais pas partir battu d'avance pour autant." "Nous sommes des battants, renchérit Martin Whitmarsh. Nous ne renonçons jamais. C'est grâce à cet état d'esprit que nous avons remporté 20 championnats du monde par le passé et c'est pour cela qu'il ne faut pas nous sous-estimer." Et si McLaren avait jusqu'alors caché son jeu ? Délibérément ou pas...