McLaren à la peine

  • A
  • A
McLaren à la peine
@ Reuters
Partagez sur :

F1 - Victime d'une sortie de piste vendredi, McLaren aborde le GP d'Allemagne dans la difficulté.

F1 - Victime d'une sortie de piste vendredi, McLaren aborde le GP d'Allemagne dans la difficulté. Si ce n'est un troisième chrono anecdotique signé Jenson Button lors de la première séance des essais libres du Grand Prix d'Allemagne, la journée de vendredi n'a pas franchement souri au team McLaren à Hockenheim. Parti à la faute lors de la session matinale, Lewis Hamilton n'a pu travailler à sa guise cet après-midi sur le circuit germanique. Le champion du monde en titre n'a lui pas cherché à tenir la cadence des Ferrari et des Red Bull. Les deux leaders actuels de la hiérarchie mondiale n'ont pas franchement réussi leur entrée en matière allemande, ce vendredi. Gonflés d'ambition à l'heure d'attaquer la onzième manche du championnat de F1, Lewis Hamilton et Jenson Button, premier et deuxième respectivement du classement des pilotes, se sont fait voler la vedette par plus adroits et agressifs qu'eux lors de cette journée exclusivement dédiée aux essais libres. La faute à un convive sans gêne pourtant attendu ce week-end outre-Rhin: le mauvais temps. L'échappement bas en question Le nouveau package aérodynamique des MP4-25 n'avait pas porté les fruits escomptés à Silverstone – à tel point que les monoplaces britanniques avaient finalement fait sans pour aborder les qualifications anglaises – force est de constater que deux semaines plus tard, ce n'est toujours pas cela... Lewis Hamilton peut en témoigner, lui qui, manifestement peu à son aise au volant d'un bolide doté de ces nouveaux échappements bas, a fini la première session du jour dans un mur de pneus, déstabilisé sur une piste détrempée par l'excès de puissance insufflé sur le train arrière de sa voiture. "Je suis dans le mur. La voiture est en très mauvais état", avouait après choc le champion du monde 2008, vainqueur ici-même à Hockenheim lors de l'année de son sacre. Effectivement, les dégâts auront été tels que Lewis Hamilton n'aura pas couru plus de 13 minutes (pour 10 tours) en seconde instance. Suffisant toutefois pour signer un honorable septième temps, en 1'17"004, dans le sillage d'un Michael Schumacher quelque peu retrouvé (1'16"971), après son timide chrono matinal (1'32"450) – le 23e d'alors. Troisième pour sa part à la clôture de la première séance libre, en 1'26"936 et à 1"235 du temps référence réalisé sur Force India par Adrian Sutil, Jenson Button a lui observé une trajectoire opposée à celle de son coéquipier. Plus lent dans son adaptation à une piste asséchée, le champion du monde en titre s'est contenté cet après-midi du 17e temps - en 1'17"739 - à 1"474 d'un Fernando Alonso auteur du meilleur chrono de la session (1'16"265) devant Sebastian Vettel (+0"029), Felipe Massa (+0"173), Mark Webber (+0"320), Nico Rosberg (+0"562) et Michael Schumacher (+0"706). A ce train là, le temps de référence absolu du circuit de Hockenheim, signé en 2008 par Lewis Hamilton (1'15''666), ne tient plus qu'à un fil. Et à la météo...