McIlroy et les autres

  • A
  • A
McIlroy et les autres
Partagez sur :

Rory McIlroy fait déjà cavalier seul. A l'issue du premier tour de l'US Open, disputé jeudi sur les greens du Congressionnal à Bethesda (Maryland), le Nord-Irlandais compte trois coups d'avance sur ses deux poursuivants directs, Charl Schwartzel et Y.E. Yang (68), après avoir rendu une carte de 65 (-6). Les Français Thomas Levet (75) et Grégory Havret (77) sont loin du compte.

Rory McIlroy fait déjà cavalier seul. A l'issue du premier tour de l'US Open, disputé jeudi sur les greens du Congressionnal à Bethesda (Maryland), le Nord-Irlandais compte trois coups d'avance sur ses deux poursuivants directs, Charl Schwartzel et Y.E. Yang (68), après avoir rendu une carte de 65 (-6). Les Français Thomas Levet (75) et Grégory Havret (77) sont loin du compte. Cet US Open 2011 devait être très ouvert. A l'issue du premier tour, c'est tout le contraire. La faute à Rory McIlroy, qui a piétiné la concurrence jeudi sur les greens du Congressionnal à Bethesda, dans le Maryland. "Je n'ai pas fait beaucoup d'erreurs", a-t-il tout simplement reconnu. Et pour cause. Le Nord-Irlandais, qui a rendu une carte de 65 soit six coups sous le par, a signé six birdies et pas le moindre bogey. Impressionnant. Pas étonnant, donc, que ses poursuivants directs n'aient pas pu le suivre. Rory McIlroy possède effectivement trois longueurs d'avance sur ses deux dauphins au leaderboard, Charl Schwartzel et Y.E. Yang, qui ont tous les deux terminé en 68 (-3). "Le chemin est encore long mais c'est déjà bien de sentir qu'on est dans le bon wagon, a réagi l'Allemand, auteur de son seul bogey sur le trou n°10. Levet et Havret sont dans un bateau... La réussite n'a en revanche pas vraiment été au rendez-vous pour les trois meilleurs joueurs mondiaux sur ce parcours difficile. Très régulier depuis le début de l'année, avec quinze top 10 (dont deux victoires) en seize épreuves disputées, l'Anglais Luke Donald a monté son pire visage puisqu'il a dû se contenter d'une carte de 74 (+3). Son compatriote Lee Westwood, à qui il a chipé la première place mondiale il y a moins d'un mois, a fait pire (+4). Redescendu au troisième rang mondial, Martin Kaymer est lui aussi à +3. Le vainqueur surprise de l'an dernier, Graeme McDowell, s'accroche aux branches avec un 70 (-1). Enfin côté tricolore, à moins d'un miracle, Grégory Havret ne réalisera pas le même exploit que l'an dernier. Deuxième sur les fairways de Pebble Beach à un petit coup de Graeme McDowell, premier joueur européen a remporté l'épreuve depuis quarante ans, le Français a pris un départ laborieux. Le Rochelais a en effet rendu une carte de 77, soit six coups au-dessus du par, qui le place dans les profondeurs du classement. Insuffisant, pour l'instant, pour passer le cut. Sorti des qualifications, Thomas Levet surnage tout juste au-dessus de la ligne de flottaison avec un 75 (+4).