McIlroy, déjà historique

  • A
  • A
McIlroy, déjà historique
Partagez sur :

Rory McIlroy, largement en tête au départ du quatrième et dernier tour, n'a pas galvaudé son avance. Le Nord-Irlandais, à 22 ans et trois mois, a remporté l'US Open dans la nuit de dimanche à lundi à Bethesda, en battant les records de score du Majeur, établis notamment par Woods et Nicklaus. Avec un total de 268 coups (-16 !), McIlroy s'est imposé avec huit longueurs d'avance sur Jason Day.

Rory McIlroy, largement en tête au départ du quatrième et dernier tour, n'a pas galvaudé son avance. Le Nord-Irlandais, à 22 ans et trois mois, a remporté l'US Open dans la nuit de dimanche à lundi à Bethesda, en battant les records de score du Majeur, établis notamment par Woods et Nicklaus. Avec un total de 268 coups (-16 !), McIlroy s'est imposé avec huit longueurs d'avance sur Jason Day. Ce n'est pas une surprise, mais c'est malgré tout la marque des grands. Des très grands, même. A 22 ans, Rory McIlroy a remporté l'US Open, tout en se permettant le luxe de battre le record absolu du score de ce Majeur, réputé pour être le plus relevé de tous. Déjà détenteur du meilleur total de l'histoire après trois tours, avec 199 coups, le Nord-Irlandais efface des tablettes, d'un seul coup de swing, Jack Nicklaus, Lee Janzen, Tiger Woods et Jim Furyk. Rien que ça... Tous les quatre avaient réussi à boucler leur "US" en 272 coups, respectivement en 1980, 1993, 2000 et 2003. En 2011, McIlroy a fait 268 coups. Un score ahurissant, avec quatre cartes successives de 65, 66, 68 et 69. En prenant en compte les coups sous le par, le record de Woods est aussi surpassé, à savoir un -12 lors de sa victoire en 2000, à Pebble Beach. McIlroy termine lui à 16 coups sous le par. Cette régularité enfin trouvée lui permet de prendre sa revanche sur le terrible Masters du mois d'avril, qu'il aura mené durant trois tours avec une avance de quatre coups le samedi soir, avant de s'effondrer le dimanche en rendant une carte de 80. Cette fois, son insouciance et son talent l'ont escorté jusqu'au bout. Le monde du golf savait pertinemment que la consécration de ce diamant brut n'était qu'une question de temps. Mais la gamberge, surtout dans ce sport aussi exigeant mentalement, peut briser un plan de carrière a priori tout établi. Désormais, le gamin est entré dans la cour des grands, en y mettant une manière qui dit absolument tout de son potentiel. A peine moins bien que Woods, mieux que Ballesteros "Les compliments ne valent pas grand-chose jusqu'à ce que la victoire arrive", disait-il en conférence de presse. Maintenant, ils valent donc beaucoup, à commencer par ceux de Tiger Woods, qui avait affirmé qu'il voyait en McIlroy le futur patron du golf mondial. Auteur de seulement quatre petits bogeys (dont un double) durant ses quatre jours de rêve - contre 19 birdies et un eagle - le Nord-Irlandais n'a même pas écrasé la concurrence. Il l'a simplement réduite à néant. Rarement, sur les Majeurs de ces dernières années, l'écart n'aura été aussi énorme entre le leader et le reste de la meute. Terminer un US Open à -16, avec huit coups d'avance sur son dauphin, l'Australien Jason Day (-8), se passe de commentaires. Ce serait superflu, alors que les chiffres parlent parfois si bien. Tiger Woods avait remporté son premier Majeur à 21 ans, trois mois et 14 jours, en avril 1997. Severiano Ballesteros avait réussi le même exploit, au British Open, à 22 ans, trois mois et 12 jours, en juillet 1979. McIlroy fait un peu moins bien que le Tigre, mais mieux que l'Espagnol, en décrochant cet US Open à 22 ans, un mois et 16 jours. Beaucoup d'autres ont eu du mal à confirmer après un succès en Majeur, à l'instar des vainqueurs surprises de ces derniers temps. Comme Louis Oosthuizen après le British 2010, pour ne citer que lui... Mais sans faire offense au Sud-Africain, ce n'est pas la même histoire. Le petit génie de l'autre Holywood (celle d'Irlande du Nord) a les moyens de l'écrire, cette histoire. Quant à celle du golf de son pays, c'est déjà fait. Un an après Graeme McDowell, déjà à l'US Open, et 64 ans après Fred Daly au British Open, un troisième Nord-Irlandais a inscrit son nom au palmarès d'un Majeur. Après ce dimanche aux allures de procession, où McIlroy a fait se lever les foules de Bethesda à l'issue de chaque trou, c'est aussi le sport tout entier qui a consacré un nouveau membre de cette jeune génération qui écrase tout, partout, dans toutes les disciplines. Rafael Nadal, fan de golf, l'a félicité en personne, samedi lors d'une conférence de presse à Wimbledon. Il y a des signes qui ne trompent pas. Plus que de se débarrasser d'un immense poids, Rory McIlroy s'offre maintenant l'occasion de marcher sur les traces des plus grands golfeurs de tous les temps. Il a le temps pour ça, et le talent. Et un Majeur, déjà. Le top 10 final de l'US Open: 1. Rory McIlroy (NIR) 268 (65+66+68+69) 2. Jason Day (AUS) 276 (71+72+65+68) 3. Kevin Chappell (USA) 278 (76+67+69+66) Robert Garrigus (USA) 278 (70+70+68+70) Lee Westwood (ANG) 278 (75+68+65+70) Yong-Eun Yang (CDS) 278 (68+69+70+71) 7. Peter Hanson (SUE) 279 (72+71+69+67) Sergio Garcia (ESP) 279 (69+71+69+70) 9. Charl Schwartzel (AFS) 280 (68+74+72+66) Louis Oosthuizen (AFS) 280 (69+73+71+67) ... 30. Grégory Havret (FRA) 286 (77+69+71+69)