McCaw: "Un excellent test"

  • A
  • A
McCaw: "Un excellent test"
Partagez sur :

L'icône de tout un pays, premier sportif néo-zélandais à compiler 100 sélections, Richie McCaw, bien plus qu'un joueur de rugby au pays du long nuage blanc, emmènera une fois encore les All Blacks dans son sillage samedi, à l'Eden Park, face au XV de France. L'adversaire idéal à en croire ce formidable compétiteur qui, comme toute une nation, ne rêve pourtant que de revanche.

L'icône de tout un pays, premier sportif néo-zélandais à compiler 100 sélections, Richie McCaw, bien plus qu'un joueur de rugby au pays du long nuage blanc, emmènera une fois encore les All Blacks dans son sillage samedi, à l'Eden Park, face au XV de France. L'adversaire idéal à en croire ce formidable compétiteur qui, comme toute une nation, ne rêve pourtant que de revanche. Richie, vivre cette 100e sélection dans le contexte d'une Coupe du monde à domicile face à la France qui plus est, cela ne fait que rajouter à l'évènement ? En mettant de côté les aspects personnels, c'est de toute façon un gros match. Mais le fait que ça soit ma centième sélection en remet une couche. Je suis vraiment impatient à l'idée de jouer. Pouviez-vous seulement rêver d'un plus beau contexte pour devenir le premier sportif néo-zélandais à atteindre cette barre mythique des 100 capes ? Je pense que si vous deviez choisir un match et une équipe en face pour disputer votre centième sélection, ce serait un bon choix. C'est super pour un tas de raisons, mais de mon point de vue, la chose essentielle, c'est que l'équipe soit en forme et qu'elle gagne. Après ça, les considérations personnelles passent au second plan. Une victoire face aux Bleus pour cette 100e sélection serait-elle un résultat à la hauteur de l'évènement dans votre carrière ? Probablement. Maintenant que je suis devant cette perspective, il faut que je réponde présent et que je sois sûr d'en garder un bon souvenir. "Si on se retrouve pris au piège et mis en difficulté, on va avoir des ennuis..." Expliquez-nous en quoi le fait d'affronter la France est-il toujours à ce point particulier pour une équipe comme la vôtre ? Tout se situe au niveau des subtiles différences que la France peut amener (dans le jeu) et c'est souvent dû aux libertés qu'on leur laisse. Ce ne sont pas les fondamentaux habituels du rugby, comme les phases statiques ou la composante physique. Toutes ces années où j'ai joué contre eux, il y a des jours où on était comme des spectateurs et d'autres pas. Demain (samedi), ce sera un excellent test. On imagine pas une seule seconde qu'une équipe comme la vôtre ait pu considérer que la France alignerait samedi à l'Eden Park une équipe B... Je ne le crois pas. Il y a du beau monde et ils vont vouloir se montrer à leur avantage. Si on se retrouve pris au piège et mis en difficulté, on va avoir des ennuis. Quelle incroyable confiance peuvent procurer vingt ans d'invincibilité à l'Eden Park ? (les All Blacks n'y ont plus perdu depuis 1994 et une défaite face... à la France, ndlr) Ce serait super si ça restait comme ça. Comment jugez-vous l'état de forme de vos coéquipiers avant ce rendez-vous ? Les joueurs sont en bonne forme. Les deux premières semaines, il fallait qu'on soit appliqués et maintenant, on s'attend à encore plus d'intensité. Les gars sont prêts pour ça.