McCaw dans les règles de l'art ?

  • A
  • A
McCaw dans les règles de l'art ?
Partagez sur :

Si l'état de son pied tient en haleine tout un pays à l'approche de la demi-finale de la Coupe du monde que disputeront les All Blacks dimanche face à l'Australie, Richie McCaw reste aussi un sujet de polémique, encore dénoncé le week-end dernier par Mario Ledesma, pour sa propension à flirter avec la règle. Pour notre site, Joël Jutge, ancien arbitre international désormais conseiller du XV de France, livre un avis d'expert.

Si l'état de son pied tient en haleine tout un pays à l'approche de la demi-finale de la Coupe du monde que disputeront les All Blacks dimanche face à l'Australie, Richie McCaw reste aussi un sujet de polémique, encore dénoncé le week-end dernier par Mario Ledesma, pour sa propension à flirter avec la règle. Pour notre site, Joël Jutge, ancien arbitre international désormais conseiller du XV de France, livre un avis d'expert. A l'heure de tirer sa révérence après 15 ans de carrière internationale, Mario Ledesma n'a pu s'empêcher de dénoncer ce qu'il considère comme une injustice. Dimanche dernier, l'Argentine chute en quarts de finale de la Coupe du monde avec les honneurs, malgré l'ampleur du score (10-33), qui ne reflète pas le dur combat imposé par les Pumas aux All Blacks pour parvenir à s'imposer. Le talonneur argentin, s'il ne conteste pas la victoire - inéluctable selon lui - des hommes de Graham Henry, pointe en revanche l'indulgence récurrente dont a fait preuve l'arbitre de la rencontre à l'égard du capitaine néo-zélandais, Richie McCaw, coupable selon lui de fautes grossières et répétées qui n'ont pas été sanctionnées. "Je ne veux par parler d'injustice, mais l'arbitre était encore une fois très tolérant dans les rucks avec McCaw. C'était compliqué d'enchaîner le mouvement, à chaque fois il y avait quelqu'un au milieu, ou qui plongeait, et chaque fois qu'on essayait de gratter, on était pénalisé aussi." Des sorties indignées, identiques à celle du vétéran argentin, sont monnaie courante depuis plusieurs années. Et il est difficile de faire la part des choses entre la stigmatisation un peu forcée de McCaw, au talent par ailleurs exceptionnel, et l'idée que le joueur bénéficierait - de par son aura et son palmarès - d'un traitement de faveur de la part du corps arbitral. Jutge: "C'est un joueur qui vous pousse à vous poser des questions..." L'ancien arbitre international Joël Jutge, qui distille désormais ses précieux conseils auprès de l'équipe de France, livre une analyse très éclairante sur la question, et pointe notamment une différence d'approche culturelle: "En France, on met toujours la règle en opposition avec le jeu, alors que la règle est associée à la performance et à la technique du joueur. Ici (ndlr, dans l'hémisphère Sud), avant de contester, on se demande ce qu'on va pouvoir faire avec cette règle, jusqu'où on va pouvoir jouer." Une démarche que le capitaine aux 101 sélections sous le maillot des All Blacks a poussé, à l'évidence, à son paroxysme, comme l'explique notre expert: "Si vous prenez l'exemple d'un joueur comme McCaw, il sait parfaitement jusqu'où il peut jouer. C'est un grand joueur, et de mon point de vue, il est le plus souvent dans la règle, mais parfois il se retrouve dans l'illégalité." La frontière est ténue, mais c'est bien la capacité de McCaw à évoluer en permanence dans cette zone grise qui place les arbitres dans une forme d'incertitude. "C'est un joueur qui vous pousse à vous poser des questions pendant la rencontre: "Est-ce qu'il est en faute ? Est-ce qu'il n'est pas en faute ? Est-ce que je dois le prendre ? Est-ce que je ne dois pas le prendre ?" Et à partir du moment où l'arbitre s'est posé cette question, le jeu continue et vous êtes dépassés. Souvent par méconnaissance, les joueurs français ne vont pas jusqu'à la limite de la règle. Mais hors de question pour moi de critiquer McCaw, qui est un joueur que j'admire et respecte beaucoup." McCaw, ou comment maîtriser la règle mieux que quiconque. Joueurs et corps arbitral confondus...