McAlister, un Black dans la Ville rose

  • A
  • A
McAlister, un Black dans la Ville rose
Partagez sur :

Recrue star du Stade toulousain, Luke McAlister débarquera en France après la Coupe du monde, pour ce qui sera sa deuxième expérience en Europe après Sale, en 2007. Attiré par la culture hexagonale, le Néo-Zélandais est avide de découvrir le jeu à la toulousaine, et compte bien remporter quelques trophées durant les trois années de son contrat.

Recrue star du Stade toulousain, Luke McAlister débarquera en France après la Coupe du monde, pour ce qui sera sa deuxième expérience en Europe après Sale, en 2007. Attiré par la culture hexagonale, le Néo-Zélandais est avide de découvrir le jeu à la toulousaine, et compte bien remporter quelques trophées durant les trois années de son contrat. "Un nouveau chapitre de ma vie va commencer". A quelques semaines de rejoindre Toulouse, Luke McAlister est plutôt impatient de découvrir sa nouvelle terre d'accueil. "J'ai toujours admiré la manière dont les Français jouent au rugby. Ils sont tournés vers l'attaque et aiment faire circuler la balle. Les Néo-Zélandais apprécient aussi ce style de jeu, explique le centre des Blues, dans une interview accordée à Sud-Ouest. J'aime également la culture du pays. C'est un changement de vie excitant pour ma famille et moi. J'ai deux enfants, ils vont pouvoir apprendre la culture et la langue françaises". C'est donc un Kiwi prêt à s'intégrer dans la Ville Rose que Guy Novès devrait voir débarquer, après la Coupe du monde. "Je ne veux pas être le type qui arrive de Nouvelle-Zélande et dit à tout le monde ce qu'il doit faire, lance le All Black. Je veux venir avec l'esprit ouvert, voir d'abord comment le club est organisé puis essayer de prendre ma place. Toulouse dispose apparemment d'une base solide de supporters. Je veux donc jouer pour les rendre fiers, eux et ma famille". Sur le terrain, le Néo-zélandais compte bien faire jouer sa polyvalence. "J'aime jouer en 12, c'est ma position préférée... Comme vous pouvez le constater, maintenant je joue arrière. Je peux évoluer en 10, en 12, à l'arrière et au centre ! (rires) Je peux aller partout, sauf à la mêlée !". Pour ce qui est des objectifs, celui qui a signé un contrat de trois ans ne compte pas s'endormir sur ses lauriers. "Je veux offrir un plus à Toulouse, je ne viens pas en touriste !", annonce l'ancien joueur de Sale, qui vivra là sa deuxième expérience en Europe. Et si pour le moment, il ne parle pas encore le Français - "Je viens de commencer des cours. Sur mon smartphone, j'ai une application avec des leçons de français ! Ça va prendre un peu de temps, j'apprends tout doucement" - Luke McAlister a hâte de découvrir le style de jeu et de vie à la toulousaine. "Toulouse est manifestement l'un des meilleurs clubs français et il est composé de grands joueurs, avec qui j'avais envie de jouer. J'ai déjà joué à Toulouse, lors de la Coupe du monde 2007, avec les All Blacks. J'avais alors trouvé la ville agréable, l'atmosphère y est assez relax".