Mayence perd la tête

  • A
  • A
Mayence perd la tête
Partagez sur :

Battu par Hambourg (0-1), ce samedi, lors de la 8e levée de Bundesliga, Mayence a perdu les commandes du championnat au profit d'un Borussia Dortmund qui la veille avait dominé Cologne (1-2). De son côté, le Bayern s'est quelque peu rassuré devant Hanovre (3-0), comme le Werder face à Fribourg (2-1). Schalke et Stuttgart n'ont pu en revanche se départager et restent dans le doute (2-2).

Changement de leader en Bundesliga! Battu par Hambourg (0-1), ce samedi, lors de la 8e levée du championnat allemand, Mayence a perdu les commandes du championnat au profit d'un Borussia Dortmund qui la veille avait dominé Cologne (1-2). De son côté, le Bayern s'est quelque peu rassuré devant Hanovre (3-0), comme le Werder face à Fribourg (2-1). Schalke et Stuttgart n'ont pu en revanche se départager et restent dans le doute (2-2). Le premier faux pas n'aura donc pas pardonné... Avec un dauphin aussi imposant que peut l'être Dortmund, Mayence se savait condamné à l'excellence sous peine de rapidement descendre de son petit nuage. Sortis vainqueurs à chacune des sept premières journées de championnat, les joueurs de Thomas Tuchel ont appris bien malgré eux à perdre ce samedi. A perdre un match, d'abord, face à un HSV mi-figue mi-raisin cette saison mais dont la persévérance, récompensée par Guerrero dans les derniers instants de la partie, a cette fois fait mouche (0-1). A perdre la tête, enfin, chassé de son trône par un Borussia aux appétences manifestes. Alors qu'ils pouvaient entrer seuls dans l'histoire de la Bundesliga en effaçant des tablettes leurs homologues du Bayern 1995-96 et de Kaiserslautern 2001-02, les Mayençais ont échoué dans leur quête d'un huitième succès consécutif inédit en début de championnat et l'ont payé cher. Victorieux la veille au soir sur la pelouse de Cologne (1-2), à la faveur d'un but de Sahin entaché d'une position de hors-jeu et malgré l'hyperactivité d'un Podolski buteur, les Barrios, Kagawa et consorts, symboles de la flamboyante jeunesse de Dortmund, avaient mis une pression manifestement trop lourde sur les épaules supposées frêles du M05. Chapeau Mario Gomez ! Ainsi crédités d'une septième victoire de rang, eux qui avaient manqué leurs grands débuts cette saison devant Leverkusen (0-2), les joueurs du Borussia, futurs adversaires du PSG en Ligue Europa, ont donc officiellement pris le pouvoir ce week-end en Allemagne. Un coup de force que le club de la Ruhr n'avait plus réalisé depuis août 2003. Et c'est peut-être ce qui a poussé le rival munichois à se réveiller ce samedi après-midi. Appelé à réagir durant la trêve internationale après avoir accompli le pire lancement de son histoire depuis l'exercice 1974-75, le Bayern a relevé la tête aux dépens d'un Hanovre qui lui effectuait son meilleur début de championnat (3-0). Un sursaut d'orgueil qui aura coïncidé avec celui de Mario Gomez... Muet comme tous les attaquants bavarois depuis l'ouverture des hostilités, l'international germanique est sorti de sa torpeur pour frapper trois fois et ainsi rendre des couleurs à une offensive qui accuse toujours à ce jour le pire rendement du pays (huit buts). Voici donc les Munichois relancés, comme leurs homologues brémois, tombeurs dans le même temps de Fribourg (2-1) grâce à Hunt et Almeida. Les deux clubs, certes cantonnés aux 9e et 10e échelons, ne pointent désormais qu'à trois longueurs d'un HSV propulsé sur le podium, à distance respectable il est vrai du tandem leader (7 points). En revanche, Schalke 04 et Stuttgart, confrontés l'un à l'autre ce week-end, gardent la tête sous la ligne de flottaison. Entre les deux relégables les moins attendus de l'actuelle hiérarchie allemande, on s'est rendu coup pour coup et la rencontre s'est logiquement soldée par un partage des points (2-2). Inutile de dire que cela n'arrange personne...