"Mavestueux" !

  • A
  • A
"Mavestueux" !
Partagez sur :

Les Dallas Mavericks sont les nouveaux champions NBA ! Les coéquipiers de Dirk Nowitzki, élu MVP des finales, se sont imposés dans le match 6 à Miami (105-95) pour remporter la série 4-2, le fruit d'un réveil dans le troisième quart-temps puis d'une bonne gestion du final. Il s'agit du premier titre de l'histoire de la franchise texane, qui a donc réussi à faire tomber l'armada du Heat.

Les Dallas Mavericks sont les nouveaux champions NBA ! Les coéquipiers de Dirk Nowitzki, élu MVP des finales, se sont imposés dans le match 6 à Miami (105-95) pour remporter la série 4-2, le fruit d'un réveil dans le troisième quart-temps puis d'une bonne gestion du final. Il s'agit du premier titre de l'histoire de la franchise texane, qui a donc réussi à faire tomber l'armada du Heat. Le Heat est tombé, vive le roi ! Dallas est devenu champion NBA en disposant de Miami sur son propre parquet, remportant une troisième victoire de suite dans ces finales NBA. Le score de la série en restera donc à 4-2, après cet ultime camouflet pour les "Tres Amigos", dans leur salle qui plus est ! Le sacre des Mavericks est d'abord celui du collectif, une équipe soudée autour de ses stars trop longtemps malheureuses à l'heure d'aborder le money time des playoffs. Dirk Nowitzki et Jason Kidd, notamment, peuvent jubiler. Ils tiennent leur Graal, cinq ans après une finale renversante et finalement perdue face à ce même Heat du néo-retraité Shaquille O'Neal. Pourtant, si la star allemande a logiquement été élue MVP de ces finales NBA, l'homme du soir se nomme Jason Terry, merveilleux sixième homme et meilleur marqueur du match avec 27 points. Car Nowitzki a vécu une première période catastrophique, illustrée par de grosses difficultés au shoot (1 sur 12) et par deux fautes trop rapidement commises. Virant en tête à la pause grâce à Terry (53-51), les Texans n'ont pas craqué. Rien ne pouvait les empêcher d'aller enfin chercher le premier sacre de leur histoire. Même Ian Mahinmi y est allé de son petit exploit, un shoot au buzzer du troisième quart-temps permettant aux siens de mener de neuf points (81-72). Nowitzki au bon moment Le moment où, pour enfoncer un peu plus le clou, Nowitzki se réveille enfin avec huit points inscrits en quatre minutes et creuse un écart suffisant pour se permettre de bien gérer la fin de match, face à un Heat impuissant, incapable de boucher l'écart en se montrant performant derrière la ligne (7/23 à trois points). "Je n'arrive toujours pas à y croire, nous avons travaillé tellement dur et tellement longtemps pour y arriver", pouvait savourer Nowitzki. "L'équipe a effectué un parcours incroyable, avec tant de hauts et de bas mais en restant toujours soudée et en travaillant. Je n'arrive toujours pas à y croire." Rick Carlisle mettait l'accent sur sa star, élue MVP des finales malgré une soirée difficilement entamée: "Dirk Nowitzki est l'un des plus grands joueurs de l'histoire de ce sport, et ça a été confirmé ce soir. Il a eu une sale soirée au tir en première période, mais d'autres joueurs ont pris leurs responsabilités et nous ont maintenus à flot. Et en deuxième période, il a été extraordinaire." Héros du jour, le vétéran Jason Terry soulignait la force collective des Mavericks: "Cette équipe n'a jamais renoncé face à l'adversité, elle a toujours répondu." Tout un symbole... Lundi matin, le collectif de Dallas est consacré, et le "Big Three" de Miami est, lui, au sol. La nuit allait être cruelle en Floride...