Mauresmo, les adieux d'une reine

  • A
  • A
Mauresmo, les adieux d'une reine
Partagez sur :

TENNIS - Retour sur la carrière d'Amélie Mauresmo.

Retraitée des courts ce jeudi, Amélie Mauresmo laisse derrière elle une carrière bien remplie, avec notamment 25 titres, dont deux du Grand Chelem, une médaille olympique, une Fed Cup et surtout une place de numéro un mondiale. Retour sur la carrière de celle qui reste la plus grande joueuse française depuis Suzanne Lenglen. Tout commence en 1983, la petite Amélie, alors âgée de seulement quatre ans, admire à la télévision les exploits d'un certain Yannick Noah à Roland-Garros et décide alors elle aussi de prendre une raquette en main. Et son talent saute alors aux yeux des observateurs. Ainsi, en 1996, elle remporte Roland-Garros et Wimbledon chez les juniors, pour être nommée championne du monde de la catégorie en fin de saison.Avec son revers à une main et son service puissant, la native de Saint-Germain-en-Laye atteint sa première finale sur le circuit WTA à Berlin en 1998 avant de frapper son premier grand coup en atteignant la finale de l'Open d'Australie en 1999, où elle échoue en finale face à Martina Hingis. Elle évoque d'ailleurs à cette occasion et pour la première fois sous les projecteurs son homosexualité. Elle fait également son entrée dans le Top 10, au sein duquel elle finira à sept reprises sur huit saisons entre 1999 et 2007. Deux Grand Chelem, une Fed Cup, une place de numéro un...Elle deviendra surtout la première joueuse française (masculin et féminin confondus) à atteindre la place de numéro 1 mondiale en 2004 (elle passera 39 semaines à cette place en cumulé sur sa carrière). Sa meilleure année reste tout de même la 2006, durant laquelle elle réalise son rêve celui de soulever un trophée du Grand Chelem. Elle en soulèvera même deux puisqu'elle remporte l'Open d'Australie et Wimbledon. Si l'on ajoute à cela sa médaille d'argent olympique à Athènes et une Fed Cup en 2003, Amélie Mauresmo aura brillé partout ou presque.Ses objectifs atteints, la Française laisse alors la jeune garde lui sauter le pas et sa motivation s'érode au fur et à mesure du temps, tout comme un corps qui a de plus en plus de mal à tenir sur une saison pleine. Elle finira donc cette saison en réalisant tout de même son objectif, remporter un titre. Ce sera l'Open Gaz de France en février. Après un Roland-Garros manqué, un huitième à Wimbledon, celle qui fut longtemps sous l'oeil de Loïc Courteau dispute finalement son dernier match à l'US Open face à la Canadienne Aleksandra Wozniack. Après avoir mis fin à sa saison le 8 octobre, elle annonce un mois plus tard sa retraite...l'envie n'y était plus.