Mattel, une médaille pour l'histoire

  • A
  • A
Mattel, une médaille pour l'histoire
Partagez sur :

Âgée de quinze ans seulement, Coline Mattel a terminé, vendredi après-midi à Oslo, troisième de l'épreuve de saut à ski des Championnats du monde de ski nordique. L'Autrichienne Daniela Iraschko a, sans surprise, décroché l'or devant l'Italienne Elena Runggaldier. C'est la première médaille mondiale de l'histoire du saut français !

Âgée de quinze ans seulement, Coline Mattel a terminé, vendredi après-midi à Oslo, troisième de l'épreuve de saut à ski des Championnats du monde de ski nordique. L'Autrichienne Daniela Iraschko a, sans surprise, décroché l'or devant l'Italienne Elena Runggaldier. C'est la première médaille mondiale de l'histoire du saut français ! "Cela ressemble à Liberec..." Coline Mattel (15 ans) avait tort. Son intuition féminine, après son saut d'essai, n'était pas la bonne. En 2009 en République tchèque, où, du haut de ses treize ans, elle était la plus jeune sauteuse de la compétition, la Française avait pris une encourageante cinquième place. Vendredi à Oslo en Norvège, dans une purée de pois terrible, elle est montée sur le podium du concours de saut à ski des Mondiaux de ski nordique et a donc remporté la première médaille française de ce sport, Coupe du monde, championnats du monde et Jeux olympiques confondus. "C'est énorme ! Je ne sais pas quoi dire...", a-t-elle simplement déclaré, encore sous le coup de l'émotion, devant les caméras d'Eurosport. Juchée sur la colline d'Holmenkollen, la Mecque de la discipline, avec son dossard 42 sur les épaules, la louve des Contamines-Montjoie, toujours lycéenne, a d'abord bondi à 92 mètres puis s'est envolée à 97 mètres, pour un total de 211 points. "Je ne sais pas si ce deuxième saut était parfait, analysait-elle après coup. J'aurais pu faire encore mieux mais je suis troisième, je ne vais pas trop en demander." Pour des premiers championnats du monde seniors, il y a pire en effet... Car celle qui avait glané l'or chez les juniors en début d'année à Otepää en Estonie n'a été devancée que par la leader de la Coupe continentale, l'Autrichienne Daniela Iraschko (231 points), et l'étonnante Italienne Elena Runggaldier (218 points). On peut donc écrire sans trop se tromper qu'elle fait déjà partie des grandes d'un sport en quête de reconnaissance...