Matfield: "Toujours le même..."

  • A
  • A
Matfield: "Toujours le même..."
Partagez sur :

Premier relais de l'habituel capitaine John Smit, laissé au repos, Victor Matfield sera porteur du brassard vendredi, au North Shore, pour emmener face aux Samoa des Springboks déjà très impressionnants depuis le début du tournoi vers la qualification en quarts de finale de la Coupe du monde. A 34 ans, le deuxième ligne aborde l'échéance avec l'expérience du vieux briscard, prêt à conquérir un nouveau titre mondial.

Premier relais de l'habituel capitaine John Smit, laissé au repos, Victor Matfield sera porteur du brassard vendredi, au North Shore, pour emmener face aux Samoa des Springboks déjà très impressionnants depuis le début du tournoi vers la qualification en quarts de finale de la Coupe du monde. A 34 ans, le deuxième ligne aborde l'échéance avec l'expérience du vieux briscard, prêt à conquérir un nouveau titre mondial. Victor, quelle valeur accordez-vous à cette équipe des Samoa par rapport à celle que l'Afrique du Sud avait dominé en match de Poule de la Coupe du monde 2007 (59-7) ? La grosse différence est qu'ils ont pu rester ensemble pendant une longue période cette année. Ils ont eu plus de temps pour travailler. C'est une équipe vraiment très bien coachée. Je suppose qu'ils donnent toujours beaucoup de liberté aux gars dans leur système de jeu, mais ça va être un match dur. Ça va être difficile de franchir leur rideau défensif. Est-ce que le fait d'endosser pour l'occasion la charge de capitaine aura une incidence sur votre approche du match ? Non, pas vraiment. Je l'ai déjà dit, nous sommes un groupe de joueurs d'expérience qui bossons bien ensemble. La préparation du match n'a pas été très différente de celle qu'impulse Smitty (John Smit, le capitaine habituel). Mon rôle sur le terrain est toujours le même. Donner certains lancements de jeu. Je jouerai de la même manière. On imagine votre équipe chercher à faire la différence sur les phases statiques face aux Samoans ? Face à toutes ces équipes des Îles, les phases statiques sont très importantes. Si vous leur donnez trop de ballons, elles sont très dangereuses. On devra se concentrer là-dessus. C'est une équipe brute de décoffrage donc ce ne sera pas facile. On va essayer de leur mettre la pression en touche et en mêlée.