Materazzi : "pas de regrets"

  • A
  • A
Materazzi : "pas de regrets"
@ Capture d'écran TF1
Partagez sur :

FOOT - L'Italien est revenu sur sa célèbre altercation avec Zidane en finale du Mondial 2006.

Près de cinq ans après, le coup de boule de Zinédine Zidane en finale de la Coupe du monde continue de faire causer. Dimanche, la victime, Marco Materazzi, est revenue dans Téléfoot sur cet événement qui a marqué à jamais l'histoire de la compétition.

Dans un entretien enregistré avec son ancien coéquipier Olivier Dacourt, Materazzi ne bat toujours pas sa coulpe, même s'il reconnaît "avoir fait" expulser ce jour-là "le meilleur joueur du monde". "Je n'ai pas à avoir de regrets", souligne le défenseur de l'Inter Milan. "C'est lui qui a réagi de cette manière. Même à l'entraînement, il y a des provocations." L'inénarrable Materazzi reconnaît néanmoins que les deux joueurs auraient pu mieux s'en sortir. "On n'aurait pu s'en sortir de façon plus digne, de mon côté et du sien."

"J'ai fait expulser le meilleur joueur du monde" :

Mais ce que Materazzi regrette davantage, c'st qu'il ne soit aujourd'hui connu - et reconnu - que pour ce coup de tête encaissé en plein thorax. "Aux Etats-Unis, les gens me reconnaissent à cause de ce coup de boule. Mais ils ne se rappellent pas que j'ai marqué en finale. Ça me rend triste." Materazzi a raison de le rappeler. Il avait réalisé une Coupe du monde de feu. Remplaçant d'Alessandro Nesta en début de compétition, il avait profité de la blessure du Milanais pour se faire une place dans le onze italien, marquant à deux reprises, face à la République tchèque en phase de groupes (2-0) puis en finale, donc. "Je ne suis pas un acteur", a-t-il souligné. "J'ai un gros coeur, si on me respecte et qu'on me dit les choses en face."

Après cet épisode du 8 juillet, Materazzi n'est jamais revenu en France, "non par peur mais pour respect pour les Français". Ce qui l'empêche pas de parader avec un "tee-shirt "I love France", du même acabit que celui qu'il avait déjà porté lors de l'Italie-France d8 septembre 2007, lors des éliminatoires de l'Euro 2008. A 37 ans, Materazzi devrait bientôt raccrocher les crampons. On va le regretter. Ou pas.