Mas, la nouvelle tuile

  • A
  • A
Mas, la nouvelle tuile
Partagez sur :

Au lendemain du départ de David Skrela, l'inquiétude a grandi vendredi dans les rangs tricolores, après que Nicolas Mas a ressenti une pointe musculaire aux ischio-jambiers. Un diagnostic qui, entre Auckland et Napier, a évolué dans le mauvais sens vers une lésion musculaire, dont la gravité exacte reste à établir, mais déjà synonyme d'une indisponibilité de deux semaines minimum. Un retour du Catalan n'est pas attendu au mieux avant les quarts de finale.

Au lendemain du départ de David Skrela, l'inquiétude a grandi vendredi dans les rangs tricolores, après que Nicolas Mas a ressenti une pointe musculaire aux ischio-jambiers. Un diagnostic qui, entre Auckland et Napier, a évolué dans le mauvais sens vers une lésion musculaire, dont la gravité exacte reste à établir, mais déjà synonyme d'une indisponibilité de deux semaines minimum. Un retour du Catalan n'est pas attendu au mieux avant les quarts de finale. Les Bleus ont à peine fait "le deuil" de David Skrela, que déjà pointe la crainte de perdre un autre membre du groupe France présent en Nouvelle-Zélande. Touché aux ischio-jambiers à l'occasion de la dernière séance d'entraînement à Takapuna, vendredi matin avant le transit de la délégation tricolore par avion pour Napier - théâtre de leur deuxième match de Coupe du monde face au Canada dimanche - Nicolas Mas (31 ans, 47 sélections) inspirait depuis une inquiétude qui n'a fait que grandir au fil de la journée. Un premier diagnostic va filtrer auprès de l'encadrement médical de l'équipe de France, faisant état d'une légère élongation. Un contretemps forcément gênant dans un contexte de compétition, mais sans conséquence immédiate pour les Bleus et le Catalan, que Marc Lièvremont avait choisi de ne pas inscrire sur la feuille de match face aux Canucks. Une indisponibilité a priori de quelques jours, qui néanmoins remettait déjà en cause la participation acquise de Mas à droite de la mêlée tricolore lors du choc face aux All Blacks samedi prochain, à l'Eden Park d'Auckland. Lièvremont: "J'espère pouvoir le récupérer pour les quarts de finale" A la veille du match face au Canada dimanche, à Napier, comptant pour la Poule A de la Coupe du monde, Marc Lièvremont et Aurélien Rougerie donnaient leur dernière conférence de presse avant la rencontre ce samedi, au Memorial de la Guerre, situé en face de l'hôtel des Bleus. L'occasion pour le sélectionneur national de donner des nouvelles du pilier Nicolas Mas, victime d'une lésion musculaire aux ischio-jambiers la veille à l'entraînement. Seulement, les premiers examens pratiqués par le docteur Jean-Philippe Hager et le joueur, à leur arrivée à Napier, ont révélé une véritable lésion que Marc Lièvremont a confirmé samedi matin, lors de la conférence de presse de veille de match donnée au Memorial de la Guerre, situé en face de l'hôtel des Bleus. "La durée de son indisponibilité sera de deux semaines minimum. On en saura un peu plus dans quelques jours, a précisé Lièvremont au sujet du Catalan, qui se soumettra à des examens complémentaires en début de semaine prochaine. J'espère pouvoir le récupérer pour les quarts de finale. [...] Dans le cas où l'un de nos trois piliers valides devait se blesser ce week-end, ce serait compliqué." Une simple élongation devenue lésion qui a déjà l'effet d'un nouveau coup de massue sur Lièvremont, son staff et ses joueurs. L'indisponibilité du Perpignanais le contraint à tirer un trait sur la première phase de la compétition. Et le pire est peut-être à venir... faut-il vraiment faire un dessin ?