Marseille, la pause de décembre

  • A
  • A
Marseille, la pause de décembre
Partagez sur :

Un mois à oublier pour l'OM. Son match nul obtenu à Brest (0-0) mercredi soir à l'occasion de la dernière journée de la phase aller vient sanctionner la baisse de régime des champions de France depuis quatre semaines. Avec quatre points pris sur quinze possibles en décembre, les Marseillais, contrariés par les Brestois sur une pelouse ne facilitant pas le beau jeu, finissent l'année à la cinquième place d'une Ligue 1 plus resserrée que jamais.

Un mois à oublier pour l'OM. Son match nul obtenu à Brest (0-0) mercredi soir à l'occasion de la dernière journée de la phase aller vient sanctionner la baisse de régime des champions de France depuis quatre semaines. Avec quatre points pris sur quinze possibles en décembre, les Marseillais, contrariés par les Brestois sur une pelouse ne facilitant pas le beau jeu, finissent l'année à la cinquième place d'une Ligue 1 plus resserrée que jamais. L'OM n'a pas gagné un seul de ses cinq matches en Ligue 1 programmés en décembre. Son déplacement à Brest mercredi soir, qui clôturait la phase aller du championnat de France, s'est soldé sur un match nul, son quatrième du mois. Un bon point si l'on s'en réfère au parcours du promu breton à domicile depuis le début de la saison (3 victoires, 6 nuls) mais insuffisant pour un champion de France qui tourne au ralenti et qui était venu en Bretagne pour se relancer. Les Olympiens, cinquièmes à mi-championnat, peuvent néanmoins se rassurer à la lecture du classement. Ils ne pointent qu'à trois longueurs du champion d'automne, Lille, qui compte il est vrai un match de retard. L'an dernier à la même époque, l'OM était relégué à onze points de Bordeaux. On connaît la suite. A Brest, la copie rendue par l'équipe de Didier Deschamps ne méritait pas les trois points. Pour cela il aurait déjà fallu marquer. Incapables d'approcher du but d'Elana en première période, ce n'est qu'à la 67e minute de la rencontre que les Marseillais se sont montrés dangereux, mais la frappe de Lucho, symbolisant leur plus grosse occase du soir, était captée en deux temps par Elana. C'est évidemment trop peu pour faire céder la deuxième meilleure défense de l'élite, qui n'a encaissé que trois buts en neuf rencontres à Francis-Le-Blé. A la décharge des Olympiens, la pelouse en piteuse état ne leur a pas rendu la tâche facile pour développer leur football. Ce que les Brestois n'ont par ailleurs pas réussi à faire non plus. Kaboré voit rouge Un seul tir cadré à la pause, une frappe lointaine de Grougi sans danger pour Mandanda, il était difficile de se réchauffer dans les travées d'un stade balayé par les bourrasques de vent. C'est néanmoins durant le premier acte qu'est intervenue la plus nette occasion du match, quand le même Grougi profitait d'un boulevard dans la surface marseillaise pour rependre de près le ballon en demi-volée mais sa tentative échouait sur l'extérieur du poteau (32e). Coupable sur le coup, Fanni, absent au marquage, souffrait en fait d'une blessure derrière la cuisse gauche qui le contraignait à quitter ses partenaires dans la foulée. Un coup dur pour l'OM et pour l'ancien défenseur rennais qui n'effectuait que sa deuxième apparition sous ses nouvelles couleurs. Après le repos, s'ils reprenaient la maitrise du ballon, les champions de France ne parvenaient pas à mettre le feu dans une défense bretonne bien compacte et parfaitement rodée. L'OM était même contraint de terminer la rencontre en infériorité numérique après l'expulsion de Kaboré, coupable de deux fautes sur Roux en huit minutes (79e et 86e). Un carton rouge sans conséquences pour des visiteurs pas vraiment ravis au coup de sifflet final. "Un bon point non, réagissait le capitaine Mandanda à sa sortie du terrain devant les caméras de Foot+. Ce n'est pas ce qu'on espérait. Au niveau comptable, c'est presque catastrophique en décembre. Après au niveau du match, c'est logique. La trêve arrive bien après ce difficile mois de décembre. Il va falloir bien récupérer et revenir en janvier avec d'autres ambitions." Malgré le surplace de décembre, le champion de France est encore bien dans la course.