Marseille, la Coupe à coeur

  • A
  • A
Marseille, la Coupe à coeur
Partagez sur :

Pour la première fois de la saison, l'Olympique de Marseille a enchaîné deux victoires de rang. Vainqueur d'Ajaccio samedi en championnat (2-0), le club phocéen a écarté le RC Lens mardi en huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue (4-0), une compétition dont il est le double tenant du titre. De quoi apaiser un peu le climat sur la Canebière...

Pour la première fois de la saison, l'Olympique de Marseille a enchaîné deux victoires de rang. Vainqueur d'Ajaccio samedi en championnat (2-0), le club phocéen a écarté le RC Lens mardi en huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue (4-0), une compétition dont il est le double tenant du titre. De quoi apaiser un peu le climat sur la Canebière... Ajaccio samedi, Lens mardi... Pas de quoi soulever l'enthousiasme des fidèles de l'OM, peu nombreux dans les tribunes du Vélodrome et toujours d'humeur boudeuse, mais ces deux victoires consécutives, la première signée en championnat, la seconde en huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue, auront le mérite de ramener un peu de paix et de sérénité sur la Canebière. Un embryon de série (l'OM n'avait encore jamais remporté deux matches de rang depuis le début de la saison) qui tombe au meilleur moment pour le club phocéen et pour... Didier Deschamps. Critiqué pour les résultats de son équipe et pour ses choix tactiques, l'entraîneur olympien a réussi à souder son vestiaire autour de lui, en gagnant au passage le soutien de son président, Vincent Labrune, dans sa prise de becs avec José Anigo... Une passe d'armes qui rappelle ô combien l'équilibre reste fragile dans les coulisses olympiennes. Il en va de même sur le terrain où Didier Deschamps avait décidé de remanier en profondeur son équipe. Difficile avec la plupart des cadres marseillais sur le banc (Rémy, Valbuena, Cheyrou, Diarra, A. Ayew) et face à la faiblesse de l'opposition de tirer des enseignements pour le futur phocéen. Au moins l'OM a-t-il assuré l'essentiel, à savoir sa place en quarts de finale de la Coupe de la Ligue, une compétition dont il est le double tenant du titre. Une victoire assortie qui plus est du premier but cette saison d'André-Pierre Gignac, ce qui ne gâche rien en vue des échéances à venir des Olympiens. Gignac applaudi Titularisé au côté de Jordan Ayew dans un 4-4-2 avec une ligne Sabo-Kaboré-Lucho-Almafitano de gauche à droite du milieu de terrain, l'ancien Toulousain, privé de rédemption en ce début de saison par une série de blessures à répétition, a rappelé à ses détracteurs qu'il était de la race des buteurs, ces joueurs capables de faire trembler les filets sur une inspiration. A la réception d'un dégagement de la tête un peu mollasson du défenseur lensois Rémy, l'ancien international tricolore sous les ordres de Raymond Domenech (16 sélections, 4 buts) dégaine: après un petit pas de recul, sa reprise du droit fait mouche (14e, 1-0). La concrétisation d'un début de match bien mené par les Marseillais, dangereux de la tête par Ayew (8e) et Traoré (10e). Face à une équipe artésienne trop timorée et incapable de se révolter, les hommes de Didier Deschamps contrôlent, cherchent à faire tourner le ballon et flirtent avec la cage de Kasraoui par Ayew (33e) et Kaboré (41e). Sans réussite. Et sans conséquence, le Racing ne se montrant dangereux au retour des vestiaires que sur un coup franc de Rémy mal apprécié par Bracigliano (58e). L'OM comprend qu'il est temps de se mettre à l'abri. Et si ce n'est Gignac, contré par Kasraoui puis par le poteau dans la même action (61e) avant de sortir sous les applaudissements du Vélodrome, c'est Jordan Ayew qui délivre les Marseillais d'une frappe limpide du droit dans la lucarne adverse à la sortie d'un beau contrôle orienté (68e, 2-0). Les entrées en jeu de Rémy (62e) et Valbuena (74e) offrent du souffle à l'OM qui prend soin de soigner son moral en inscrivant deux nouveaux buts par Rémy, auteur d'un doublé (82e et 90e) sur des centres de... Valbuena. "C'est le genre de victoire qui va nous faire du bien, se félicitait le double buteur sur France 4. On a mis beaucoup de buts, on n'en a pas pris. C'est une belle soirée. Le public était content, il nous a soutenus. On a besoin de ce genre de victoires en ce moment, parce qu'on est pas mal critiqués, et franchement ça me fait chier parce qu'il y a de la qualité dans ce groupe." Reste à le confirmer sur la durée et dès le week-end prochain à Dijon. Pour une troisième victoire de rang ?