Marseille, l'hiver au chaud

  • A
  • A
Marseille, l'hiver au chaud
Partagez sur :

L'Olympique de Marseille est passé près de vivre un cauchemar mardi soir à Dortmund. Au lieu de cela, à l'issue d'un match fou, les hommes de Didier Deschamps ont été chercher au mental leur qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Une victoire capitale pour un groupe resserré et totalement relancé vers ses objectifs du début de saison.

L'Olympique de Marseille est passé près de vivre un cauchemar mardi soir à Dortmund. Au lieu de cela, à l'issue d'un match fou, les hommes de Didier Deschamps ont été chercher au mental leur qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Une victoire capitale pour un groupe resserré et totalement relancé vers ses objectifs du début de saison. "On va passer l'hiver au chaud." Dans le froid de Dortmund, Didier Deschamps ne pouvait pas trouver les mots plus justes. Après un début de saison délicat en Ligue 1 et une fin de campagne en Ligue des champions difficile, l'Olympique de Marseille a sauvé l'essentiel mardi soir à Dortmund en décrochant sa qualification pour les huitièmes de finale. Comme ses joueurs, l'entraîneur de l'OM avait presque du mal à y croire tant le déroulé de son dernier match de poules s'était révélé rocambolesque. "C'est quelque chose d'exceptionnel ce qu'on fait par rapport au scénario du match", confiait-il dans un large sourire. Menés 2-0 après une demi-heure de jeu à la Signal Iduna Park et sous la menace d'être totalement rayés de la carte européenne cette saison, les Marseillais ont trouvé des ressources pour réussir l'authentique exploit de s'imposer sur la pelouse du champion d'Allemagne (3-2). Passés de l'ombre à la lumière en moins d'une heure, les Olympiens ont montré une force de caractère qui plaît à Stéphane Mbia, le crâne enveloppé d'un bandage à l'image d'un combattant revenu de la guerre. "On a un magnifique mental, le groupe vit bien, se félicite le polyvalent joueur camerounais sur le site officiel de l'OM. Quand Loïc (Rémy) a marqué le premier but, ça a relancé le match. On a joué ensuite avec plus de simplicité ce que nous avait demandé le coach avant le match. On savait que cette équipe était très forte offensivement et qu'elle allait essayer de nous "tuer" et marquer le plus rapidement possible, c'est ce qu'elle a fait. Mais avec nos valeurs, on a su aller au combat. On en est sorti vainqueurs et nous sommes vraiment heureux." Cheyrou: "Ne pas croire que nous sommes les meilleurs du monde" Pour les vice-champions de France, cette qualification, attendue après leurs deux premières victoires mais finalement longue à venir, sonne comme un immense soulagement. En atteignant l'objectif fixé par les dirigeants pour la Ligue des champions, l'équipe va pouvoir évoluer plus sereinement. Et pouvoir jouer sans pression dans une compétition promise cette année encore aux géants espagnols voire anglais. "Il faut continuer l'aventure mais ne pas s'enflammer et croire que nous sommes les meilleurs du monde, tempère toutefois l'expérimenté Benoît Cheyrou, entré en jeu à la mi-temps. Je serai ravi de retrouver une grosse équipe pour les huitièmes. En plus tout est possible, l'année dernière on est passé de peu à côté de la qualification alors peu importe l'adversaire.""Peu importe l'adversaire pourvu que l'on évite le Barça", espère juste Jordan Ayew. Qualifié pour la deuxième fois de suite en huitièmes de finale de la coupe aux grandes oreilles, l'OM a fait un premier pas pour devenir un client régulier de la phase finale. "Ça fait du bien !, s'enthousiasme Morgan Amalfitano. On avance, on se construit et on essaie de faire le meilleur parcours possible. Ça va nous permettre de poursuivre avec beaucoup de confiance." Loin de la crise qui guettait il y a encore quelques semaines, Marseille va désormais pouvoir se recentrer jusqu'en février sur les joutes nationales, la priorité du club. Mais avec l'esprit plus léger, certain de passer l'hiver au chaud.